Accueil » Société » Des journalistes à l’école du contrôle civil et démocratique des Forces de Défense et de Sécurité

Des journalistes à l’école du contrôle civil et démocratique des Forces de Défense et de Sécurité

Du 27 au 28 décembre 2012, une quarantaine des journalistes guinéens ont suivi une formation sur les concepts, les principes et les mécanismes du contrôle civil et démocratique des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) en Guinée.

Objectif, renforcer les capacités des journalistes sur le contrôle civil et démocratiques des forces de défense et de sécurité en Guinée. Exposés thématiques, débats et travaux des groupes ont caractérisé ces activités de formations durant ces deux jours.

C’est la salle de conférence du complexe hôtelier Mokèboundji Friguiagbé (Kindia), qui a servi de cadre à cet atelier de formation, organisé par le Ministère Délégué à la défense nationale en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et le fonds des Nations unies pour la consolidation de la paix.

Cet atelier a vu la présence des autorités régionales de la région de Kindia. Notamment, Madame Hadja Sarangbé Camara, gouverneur de la région administrative de Kindia, le point focal colonel Mamadouba Bangoura.

Présidant la cérémonie d’ouverture, madame le gouverneur a tout d’abord remercié les organisateurs pour le choix porté sur la région de Kindia comme cadre idéal de travail, avant de souhaiter aux participants la bienvenue et un agréable séjour dans la cité des agrumes. Poursuivant son allocution, elle a souligné l’importance du respect des règles d’éthique et de la déontologie journalistiques par les hommes des médias pour la consolidation de la paix. Elle a par la suite rappelé que la mission dévolue aux médias est d’informer et sensibiliser objectivement les populations.

Par ailleurs, elle regretté le fait que certains medias ont tendance à faire fi de l’éthique et de la déontologie de la profession tout en rappelant les uns et aux autres le rôle joué par la radio mille collines dans le génocide rwandais.

De son côté, le Colonel Mahamane Ousmane Amadou, expert international du PNUD en Réforme du Secteur de Sécurité (RSS), a précisé que ce processus de réforme vise non seulement à favoriser la connaissance mutuelle entre les FDS, acteurs de contrôle et société civile mais aussi à informer et sensibiliser la population sur la RSS et le contrôle civil et démocratique des FDS .

Poursuivant, son exposé, le colonel précise : ‘’la société civile en général et les médias en particulier, ont un rôle capital à jouer pour la vulgarisation et la sensibilisation des autres acteurs impliqués dans le processus de contrôle civil et démocratique des forces de défense et de sécurité dans le pays’’.

A l’issue des exposés, des conseils pratiques ont été prodigués sur les approches de couverture médiatiques des actions des RSS.

Après une séance des travaux des groupes, les participants ont énuméré un certain nombre des difficultés que rencontrent les hommes de média dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations axées sur les FDS tout en faisant une approche de solutions :

– Difficulté d’accès aux sources d’information dans le secteur de défense et de sécurité
– Manque de communication entre journaliste et les hommes en uniforme ;
– Non maîtrise des concepts militaire par les journalistes ;
– Climat de méfiance et de réserve des FDS en vers les journalistes ;
– Manque de mesure de sécurité des journalistes et de leurs biens lors des manifestations politiques ;
– Manque de respect des journalistes par les FDS ;
– Méconnaissance des grades par les journalistes ;
– Absence de cadre règlementaire régissant les relations entre FDS et journalistes ;

– La non considération de la presse par les FDS ;
– Ségrégation des médias privés par les FDS au profit des medias d’Etat;
– insuffisances collaboration entre la presse militaire et la presse étaient entres autres les défis relevés par les participants.

S’agissant des propositions, ils ont recommandé :

-La Création d’un climat de confiance entre les journalistes et les FDS
– L’Organisation des séminaires de formation avec les FDS pour une connaissance élargie du secteur;
– L’Elaboration un code de bonne conduite pour les médias et les hommes en uniforme ;
– L’Organisation des journées portes-ouvertes dans les garnisons militaires ;
– Le suivi de la voie hiérarchique pour accéder aux sources d’informations ;
– L’Elaboration de guide informatif sur les grades des FDS ;
– Le Recrutement des journalistes professionnels au sein des FDS ;
– La Spécialisation des journalistes dans le secteur de la RSS ;
– et la Création d’un réseau des journalistes spécialisés et chargés de couvrir les activités des FDS.

A noter que ce projet de reforme du secteur de la sécurité englobe plusieurs volets dont celui du contrôle civil et démocratique des FDS, avec une phase pilote qui s’étend sur un an.

Amadou Aliou BARRY, pour Visionguinee.info

+224 64 32 68 46

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info