Accueil » Société » Affaire du 19 Juillet : Le calvaire de Youssouf Diallo au PM3

Affaire du 19 Juillet : Le calvaire de Youssouf Diallo au PM3

Arrêté le 09 Août 2011, Youssouf Diallo, le margis-chef a comparu ce Jeudi 31 Janvier devant la cour. Il est accusé d’avoir participé à la tentative d’assassinat du président de la république perpétré dans la nuit du 18 au 19 juillet 2011.
Après la lecture des charges retenues contre lui, le président de la cour M. Fodé Bangoura lui a demandé s’il reconnait les charges retenues contre lui. « Non, je ne reconnais pas », répond Youssouf
Diallo.
Ensuite, il a fait un témoignage sur les circonstances de son arrestation juste après  son retour de Koundara où il était allé rendre visite à sa maman qui selon avait fait une crise.

Selon l’accusé, «  Ils m’ont demandé au PM3 si je connais Bah Oury et colonel Diawo secrétaire général de la gendarmerie je dis non. Ils ont dit que ma tante Fatou Badiar leur a tout dit. Et que je suis là, c’est pour le confirmer. Le colonel Balamou m’a dit si je ne reconnais pas je risque de passer toute ma vie en prison. Ils ont dit que c’est Abbé Sylla qui a financé Fatou Badiar pour acheter les armes. Le procureur  m’a dit aussi que je dois reconnaitre que ma tante a des relations avec certains leaders politiques pour faire un coup d’Etat».

Et d’ajouter «  le colonel Balamou m’a dit vous les peulhs  vous croyez que le pouvoir se gagne comme ça, par un coup d’Etat. J’ai dit mon colonel ne s’attaquer pas à toute la communauté peulh c’est moi Youssouf Diallo qui est ici devant vous. Ensuite il m’a demandé si je connais Bah Oury, Sidya et Abbé Sylla. Je leur ai dit que je ne connais personne d’entre eux».

Le margis chef Youssouf Diallo n’est pas le seul  arrêté dans sa famille. Il croupisse avec deux autres membres de sa famille à savoir Mme Fatou Badiar et lieutenant Amadou Diallo qui a été retrouvé mort au domicile privé du président de la république le 19 juillet 2011.

Répondant à une question d’un des avocats de la partie civile faisant allusion à  la présence de ce trio dans cette affaire de la tentative d’assassinat il précise : «  Fatou Badiar est ma tante, Amadou est mon oncle paternel. Nous sommes là par le fait de nos ennemis », regrette t-il

Boussouriou Doumba pour Visionguinee.info

00224 66 90 54 16

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info