Accueil » Politique » ‘’La France en train de lâcher Alpha Condé‘’

‘’La France en train de lâcher Alpha Condé‘’

Ousmane Tanor Dieng n’est pas seulement celui qui co-définit la politique étrangère [française] de Macky Sall, il prête également son entregent et son expertise auprès du président guinéen Alpha Condé, de plus en plus contesté. Hier mardi, le Secrétaire général du Parti socialiste sénégalais a été reçu à l’Elysée de 21h à 23h (heure française) au menu des discussions : la situation inquiétante et alarmante à Conakry.

Parti voir François Hollande en compagnie d’un autre haut responsable guinéen pour défendre « le dossier du camarade socialiste Alpha Condé », l’ancien candidat à la présidentielle sénégalaise et vice-président de l’Internationale socialiste (Is) n’est pas ressorti avec les meilleures nouvelles pour le numéro un guinéen, incapable d’organiser, deux après, les élections législatives. L’opposition menée par Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Lassana Kouyaté, entre autres, envisage d’organiser des manifestations sur l’ensemble du territoire pour protester contre les manquements graves dans le processus électoral, le 7 février prochain. « Alpha Condé doit organiser rapidement des élections législative régulières et transparentes. La situation en Guinée préoccupe la France. Le Président Condé doit dialoguer avec l’opposition sans condition. Il semble pire que Laurent Gbagbo. Qu’il ne compte pas sur la France pour jouer les prolongations », aurait tapé du poing sur la table président français, devenu chef de guerre depuis l’opération Serval au Mali. Paris s’est aussi prononcé sur la parodie de procès relatif au fameux coup d’Etat. Un procès ordonné puis stoppé et repris par Alpha Condé dans lequel il est à la fois, procureur et président de la République. Le principal acteur cité est le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo (Aob) ancien garde rapproché de Lansana Conté. L’opérateur économique Diallo Sadadji cité un temps comme complice a été blanchi. Conakry envisage de passer l’éponge et de gracier les présumés. « Il ne peut y avoir d’amnistie pour des innocents ». Relaxe en vue ?

Nous affirmions ici même que s’il est vrai que c’est le président Macky Sall qui définit la politique étrangère du Sénégal, il est tout aussi constant que la politique française du Sénégal ne se fait pas depuis le 25 mars dernier, sans l’aval d’Ousmane Tanor Dieng, représentant-officiel-et-permanent de François Hollande au Sénégal et en Afrique francophone. Aujourd’hui, il faut reconnaître qu’il joue exactement le même rôle auprès de son frère et ami Alpha Condé à la table de qui il a un rond de serviette.

Lorsqu’on a été Conseiller diplomatique de Léopold Sédar Senghor, Directeur de cabinet, puis Ministre d’Etat, Ministre des Services et Affaires présidentiels d’Abdou Diouf, Président du groupe parlementaire du Parti socialiste (Ps), Président du comité Afrique de l’Internationale socialiste (Is) et Vice-président de cette même organisation, lorsqu’on a été, par deux fois, candidat à la présidentielle (2007 et 2012) et que sa formation politique est la plus vieille du Sénégal, lorsque son « frère ennemi » est à la tête de l’Assemblée nationale, alors on démissionne de son poste de simple député, pour ne pas être aux ordres de son « rival » et, on n’attend rien moins que de jouer un rôle prépondérant et d’occuper une position influente dans la galaxie de Macky Sall et en Afrique francophone. Moustapha Niasse est dans la place Soweto, Ousmane Tanor Dieng (66 ans) fort de 13% à la dernière élection, se laisse donner du « Monsieur le Ministre d’Etat » par le Chef de l’Etat sans relever… C’est tout dire. Rien de grand au niveau diplomatique africain ne se fait sans lui.

Ousmane Tanor Dieng (Otd) d’un côté impressionne par sa froideur d’énarque, sa timidité de cardinal et sa certitude de géomètre. D’un autre, il coince quand il va au contact par sa tiédeur sibérienne et sa courtoisie inquiétante. Pourtant, il est le plus Français des Sénégalais ; le plus Sénégalais de l’Is et enfin le plus « Hollandais » du comité Afrique. Méthodique et appliqué, il est l’Africain le mieux responsabilisé à l’Is, depuis 1996.

 

Il faut dire que depuis l’élection de François Hollande, l’Internationale socialiste est très convoitée et les demandes d’adhésion en provenance d’Afrique francophone affluent ou se confirment. C’est connu : Ousmane Tanor Dieng traite des demandes d’adhésion Rue Solférino, (siège du Ps) sous la tutelle de son camarade Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’International du Ps français et en collaboration avec Thomas Melonio, un des « Monsieur Afrique » du successeur de Nicolas Sarkozy.
Vu de Dakar, le Secrétaire général du Ps sénégalais regarde tranquillement les jeunes loups comme Khalifa Sall et Aïssata Tall Sall piaffer d’impatience pour le remplacer. Sa préoccupation est tout autre : à côté de Macky Sall, il dicte l’écriture diplomatique du Sénégal dans le monde. Auprès du successeur de Me Abdoulaye Wade, son influence est considérable. Du côté de Conakry aussi. Mais jusqu’à quand ? Le président Alpha Condé commence à perdre la vue, l’ouïe et le contact avec la réalité.

 Lesenegalais.net

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info