Accueil » Sport » Organisation de la CAN 2019: la Guinée dans une mauvaise position.

Organisation de la CAN 2019: la Guinée dans une mauvaise position.

Au cours d’une conférence de presse organisée Samedi, 23 février à la maison de la presse, M. Thierno Sadou Diakité, consultant sportif  et ses acolytes ont donné leur position sur la possibilité de la Guinée de pouvoir organiser la coupe d’Afrique des nations(CAN) en 2019. Pour eux la Guinée est beaucoup en retard par rapport aux autres candidats à l’organisation de cette grande compétition africaine.
D’entrée du jeu, Mohamed Kanta Soumah, journaliste sportif qui au cours d’un test de 15 candidats organisé par la société Orange a bénéficié d’un billet de séjour en Afrique du Sud de 10 jours pour suivre la finale de CAN, se dit après moult visite émerveillé par rapport à la culture Sud-africaine. « lorsque nous sommes rentrés au stade qui abritait la finale de la CAN, nous avions été émerveillés par l’architecture de ce temple du football. Et on s’est demandé si les autorités guinéennes pouvaient  s’y mettre pour que la Guinée puisse avoir de telle infrastructure » a-t-il expliqué.

M. Donzo Diarra, directeur national sportif scolaire  et universitaire a pour sa part regretté l’absence des centres de formation et le retard que la Guinée a vécu pour l’acquisition d’un centre technique, fruits de l’évolution du football.

Selon Thierno Saidou Diakité, consultant sportif depuis le 12 septembre 2007, le Conseil des ministres en sa session extraordinaire a officiellement annoncé la candidature de la Guinée pour l’organisation des phases finales de la CAN 2016. Mais regrette t-il depuis cette date aucune démarche, ni disposition n’ont été entreprise pour finaliser cette candidature.

Ainsi  après un remaniement de calendrier de compétitions continentales par la CAF, la CAN se déroulera au cours des années impaires. Et l’édition prévue en 2016 est décalée d’une année et sera organisée par le Maroc. Pour M. Diakité, il a fallu attendre l’avènement  de la 3ème République et son Gouvernement pour voir la candidature de notre pays prendre corps. Pour lui « étant donné que nous ne sommes pas seuls sur les rangs, il y a lieu d’adopter une démarche constructive pour satisfaire un cahier de charges de la CAF ».

A croire le consultant sportif « officiellement à la date d’aujourd’hui, nous avons le Sénégal, le Nigeria, l’Algérie et la RD Congo qui affichent des intentions pour cette édition 2019 ». Et d’ajouter que des pays comme la Zambie, le Togo et le Bénin avec une candidature conjointe, et le Burkina Faso seraient en passe d’annoncer leurs candidatures.

Affichant les possibilités d’arriver au bout des rêves de la Guinée, le consultant sportif dira que: « puisque nous avons abrité en mai 1999 la CAN des cadets, nous pouvons miser sur la CAN des juniors en 2017. Pour cette compétition, la CAF n’exige que deux sites de compétitions. A cette échéance, nous aurons en plus du stade du 28 septembre de Conakry, le grand stade de Nongo. D’ici là il faudra réhabiliter le stade Elhadj Saifoulaye Diallo de Labé, qui servira du second stade de compétition ».

Dans la même lancée, M. Diakité nous a fait savoir que « des travaux d’annexes devront être programmés à savoir : la réhabilitation de la nationale Conakry-Labé, ainsi que l’aéroport de Labé, la mise en normes des réceptifs de Conakry et Labé, la réfection des stades de la mission de Kaloum, de Coléah, du stade annexe du 28 septembre, du stade de Bonfi, qui feront office de terrains d’entrainement pour le groupe qui sera basé à Conakry ». Il ajoute ceci, en raison de sa proximité avec la préfecture de Labé l’un des sites de la compétition, la préfecture de Pita pourrait recevoir un terrain d’entrainement.

A l’en croire à l’horizon 2017, la Guinée disposera ainsi la moitié des infrastructures exigées pour une CAN junior. Ce qui allégera le programme d’investissement à couvrir pour la période 2017-2019. Le consultant sportif estime que « la Guinée aura à construire les stades de Kankan et N’Nzérékoré ».

S’agissant  l’organisation, M. Saidou Diakité dira qu’un comité d’organisation multisectoriel devra être constitué. Ce comité aura pour charge d’instruire le dossier de la candidature de la manifestation sportive dans ses moindres détails mais aussi élaborer la feuille de route de CAN. A cet effet, il devra disposer d’un siège fonctionnel avec toutes les commodités d’usage (connexion Internet, Fax, téléphone…)

Boussouriou Doumba, pour Visionguinee.info

00224 66 90 54 16

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info