Accueil » Politique » Des échauffourées enregistrées lors des funérailles des 9 victimes de l’opposition

Des échauffourées enregistrées lors des funérailles des 9 victimes de l’opposition

La marche funèbre organisée hier par l’Opposition guinéenne, s’est déroulée sur près de 12 kilomètres et a réunit une foule très nombreuse. Plusieurs milieux de personnes, souvent en larmes, ont pris part à cette cérémonie funéraire. La Guinée qui n’a jamais rompu avec son passé tragiquement séparatiste, malgré un changement vécu péniblement au quotidien porte le deuil.Tout semble se fondre dans un épais brouillard. Les funérailles organisées par ce vendredi, pour rendre hommage aux dix citoyens tués par balles, lors des manifestations réprimées dans le sang par les forces de l’ordre, ne se sont pas passées sans incidents. Elles ont regroupé presque tous les leaders de l’opposition, des milliers de citoyens, membres de partis politiques qui sont venus exprimer leur compassion aux familles éplorées. Après la prière sur les corps à la Mosquée Fayçal, la plus grande du pays, le cortège funèbre a pris la route de Donka, jusqu’à Hamdallaye avant de mettre cap, via Le prince, sur le cimetière de Bambéto où les victimes ont été inhumées.

Le parcours de cet axe, aura été pour cette foule nombreuse, celui du combattant, tant les risques étaient gros et prévisibles. En effet, quand la foule arriva au niveau du siège du parti au pouvoir (Rpg), un attroupement d’hommes en uniforme, munis d’armes et de grenades lacrymogènes attendaient, prêts à défendre ce bastion du parti présidentiel, gardé comme un palais, contre toutes tentatives d’atteinte à la sérénité des lieux. C’est de là que des jets de pierres et de grenades lacrymogènes partiront pour s’abattre sur la foule. Ces pratiques, pour autant, n’auront pu  disperser la foule qui avait un objectif ultime : conduire les victimes à leurs dernières demeures. Il faut dire que dès après la mise en terre des dépouilles, les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants se sont poursuivis, notamment à Bambéto, Cosa et Hamdallaye, dans la Commune de Ratoma. « Ce triste spectacle en place en dit long sur ce qu’il adviendra de la Guinée, dans les semaines à venir », prévient un des leaders des jeunes manifestants. Pour le moment, toutes les volontés de recourir au dialogue inclusif, pour une sortie de crise, restent illusoires, du moins à l’allure où vont les choses.

Lesenegalais.net

 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info