Accueil » Politique » Aliou Goloko propose un partage du pouvoir en Guinée

Aliou Goloko propose un partage du pouvoir en Guinée

Le journaliste Aliou Goloko, membre de African Initiative Media (AMI), propose un partage du pouvoir en Guinée, en attendant de tenir des élections propres et transparentes. C’est la solution, notre confrère, pour sortir le pays de la crise. Aliou Goloko s’exprimait samedi 9 mars 2013 sur les antennes de RFI dans l’émission «Afrique Presse».

Chaque fois qu’une date est proposée pour la tenue des élections législatives en Guinée, l’opposition investit les rues de la capitale Conakry pour exiger la transparence. Bien que le pouvoir en place ait donné une suite favorable à la plupart de leurs doléances exprimées, les opposants ne semblent pas disposés à cesser leur mouvement de contestation. Récemment, des violences ont même provoqué la mort de deux manifestants et d’un policier.

Mais, pour le journaliste sportif Aliou Goloko, ces mouvements de contestations, devenues très fréquentes, ne surprennent pas. Ils sont juste la conséquence des concessions faites après la Présidentielle de 2010, dont le résultat n’avait convaincu l’opposition. Cependant, Cellou Dalein Diallo, arrivé en deuxième position, avait accepté le résultat proclamé par les institutions compétentes. Aujourd’hui, il y a comme une sorte de résurgence de cette concession, qui risque de plonger le pays dans le cercle vicieux de la violence.

Afin de conjurer cette situation, Aliou Goloko ne trouve qu’une seule solution: un gouvernement de transition, inclusif, qui va baliser le chemin pour des élections plus crédibles et acceptables de tous. «Si l’on doit résoudre le problème guinéen, c’est effectivement aller vers un partage du pouvoir sur une période transitoire», suggère Aliou Goloko. Concrètement, il s’agit, de son point de vue, d’«un gouvernement d’union nationale avec un certain équilibrage, une certaine position et une certaine fonction, le temps d’évacuer toutes les incompréhensions nées de cette élection présidentielle et de pouvoir aller de manière assez sereine vers des élections plus transparentes, plus claires et plus démocratiques».

Aliou Goloko était l’invité de l’émission hebdomadaire «Afrique Presse» co-animée par RFI et TV5. Ce plateau radiodiffusé analyse l’actualité africaine avec, comme invités, des journalistes qui travaillent sur le continent.

Pour rappel, les élections législatives auraient dû se tenir six mois après la Présidentielle de 2010, en Guinée. Mais plus voilà deux ans que ces échéances tardent à avoir lieu, du fait des différentes positions des acteurs politiques. Par conséquent, la Guinée n’a pas une Assemblée légitime.

Visionguinee.info avec Lesenegalais.net

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info