Accueil » Société » Lutte contre l’ethnocentrisme : Des femmes s’activent sur le terrain

Lutte contre l’ethnocentrisme : Des femmes s’activent sur le terrain

‘’Le centre Femme, citoyenneté et paix’’ a tenu une conférence de presse ce mardi, 26 mars 2013 à la maison commune des journalistes. Sous le slogan ‘le baobab avec les femmes disons oui  la paix’’, le centre compte s’investir à l’éradication de l’ethnocentrisme en Guinée, a-t-on constaté sur place.

A l’entame, Le conférencier Dr Amadou Bano Barry a expliqué en amont et en aval l’usage de l’expression ‘’ethnie’’. Selon lui,  ‘’le mot ethnie  dérive du grec ethnos qui signifie peuple, nation. Ce terme désignait  chez les grecs les étrangers,  c’est-à-dire les autres et tous ceux qui n’étaient pas grecs.’’  ‘’En français, poursuit-il,  ce mot désignera l’autre ; le différent  et plus tard avec le christianisme, le païen ou celui qui n’est pas converti’’.

Plus loin, le conférencier a rappelé  que c’est au 19ème  siècle que ce mot a connu un usage massif avec la naissance de l’ethnologie. C’était un moyen de désigner un peuple dominé ou qui à empêcher   de construire  une nation. ‘’L’ethnie c’est vous, c’est moi, les autres, les anglais, les français.’’ Indique le conférencier.

Pour distinguer les ethnies, Dr Bano Barry estime ‘’qu’il y a deux possibilités chez les chercheurs : le critère objectif et le critère subjectif. Pour le premier l’accent est mis sur des caractères visibles comme la langue, l’habillement, l’espace territorial, l’habitat, la cuisine, et le second se dise qu’il se reconnait par une origine commune’’.

Parmi ces critères, poursuit le conférencier, ‘’aucun ne tient, car  deux ethnies peuvent parler la même langue sans qu’elle ne soit de la même ethnie.’’ Le conférencier soutient que l’ethnie est un fait social et non biologique. Selon lui, la naissance ne produit pas l’ethnocentrisme car l’ethnie ne se transmet pas par le sang, mais par la socialisation.

Pour mettre fin à l’ethnocentrisme en  Guinée, Dr Bano  Barry propose une reforme institutionnelle, celle  de l’administration, et l’unité nationale.

Se focalisant sur les conséquences de l’ethnocentrisme sur les femmes, Mme Nyépou  Laurencia Haba Traoré, du centre Femme, citoyenneté et paix, a quant à elle déclaré que ‘’l’ethnocentrisme est une forme silencieuse de violence à l’encontre des femmes. En Afrique souligne-t-elle, ces violences à l’endroit des femmes se rencontrent sous plusieurs formes  notamment les violences verbales, psychologiques, physiques, économiques et sexuelles.

Selon elle, pour éliminer les violences à l’endroit des femmes et l’ethnocentrisme, il faudrait entre autres encourager les mariages inter-ethniques ; exploiter positivement la diversité, la pluralité, ethnique, culturelle, linguistique ; cultiver la capacité de maitriser nos émotions.

‘’La Guinée a intérêt à rechercher les meilleures stratégies pour ne pas que le multipartisme ne tourne à l’émiettement de la conscience nationale dans l’ethnocentrisme et que la formation des partis politiques n’aboutissent à des revendications déstabilisatrices, à des violences fratricides.’’ a conclu Mme Nyépou  Laurencia Haba

Boussouriou Doumba
00224 66 90 54 16

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info