Accueil » Politique » Jean-Marc Teliano bloqué à l’aéroport : son parti dénonce ’’un acharnement judiciaire’’

Jean-Marc Teliano bloqué à l’aéroport : son parti dénonce ’’un acharnement judiciaire’’

‘’Nous ne comprenons pas pourquoi on l’empêcherait d’effectuer un voyage de 72 heures. Il partait à Bamako pour  présenter les condoléances d’usage dans sa belle famille (…). Demander à un individu de montrer la tombe de son père et de sa mère n’a rien de diffamatoire.  Il n’y a aucun outrage à dire à Obama qu’il est d’origine africaine’’ a déclaré en substance  Joachim Baba Millimono, inspecteur politique du Rassemblement pour le Développement Intégré de la Guinée (RDIG), au cours d’une conférence de presse qu’il a animé ce jeudi 28 mars à Conakry.

Selon Baba Millimono, le président du RDIG, Jean -Marc Teliano et certains leaders politiques de l’opposition sont victime de harcèlement politique. A en croire l’inspecteur politique du RDIG, depuis le 7 mars dernier, des gendarmes et des bérets rouges ont fait des décentes répétées au  domicile privé de Jean Marc Teliano et au siège national de son parti.

Abordant la question d’empêchement du voyage de Jean-Marc Teliano,  M. Millimono  estime ne pas comprendre pourquoi on l’empêcherait d’effectuer un voyage de 72 heures, précisant que ‘’Jean-Marc  Teliano partait à Bamako présenter les condoléances d’usage dans sa belle famille où la sœur cadette de son épouse a rendu l’âme. ‘’Avant que Jean-Marc Teliano ne prenne son vol,  dit-il, ses avocats l’ont conseillé qu’il était libre de ses mouvements car n’étant  pas placé sous contrôle judicaire.’’ Poursuivant, Joachim indique ‘’qu’il n’y a aucun mandat d’arrêt, aucune notification de restriction de liberté contre le président de ce parti’’. Précise-t-il.

Quant au  chargé de communication de l’UFDG, Ousmane Diallo, il dira que : ‘’la justice guinéenne est entrain de montrer au peuple de Guinée que c’est seulement quand il s’agit du président de la république, un membre de sa famille ou de son gouvernement qui est indexé qu’elle est capable d’agir, et de dire la loi’’.

‘’19 personnes qui ont été tuées et des femmes violées suite à la dernière manif de l’opposition, rappelle Ousmane Diallo, ajoutant nous avons aussi des jeunes incarcérés dans les prisons. La  justice n’a toujours pas levé le petit doigt. L’opposition a indexé des personnes ayant pris part activement à l’organisation de ces violences, notamment Moustapha Naité, Malick Sankhon, Moussa Kabassan, et Resco Camara. A ce jour, personne n’est inculpée, aucune procédure judiciaire n’est ouverte’’, regrette t-il.

Joachim Baba Millimono conclut qu’il y’a une main noire au palais sekoutoureyah qui dirige cette affaire et pour jusqu’à quand ? s’interroge-t-il.

Boussouriou Doumba
00224 66905416

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info