Accueil » Économie » Législatives du 30 juin : le décret est illégal, selon Dr Faya Millimono du BL

Législatives du 30 juin : le décret est illégal, selon Dr Faya Millimono du BL

Le Bloc Libéral (BL) était face à la presse ce mardi 21 mai à Conakry. Au menu de cette rencontre avec les  hommes  de media, la position du Bloc Libéral face à la situation socio politique et économique du pays.

"

A l’entame, Dr Faya Millimono, président du BL a rappelé  que sa formation politique estime que le décret convoquant le corps électoral aux urnes le 30 juin prochain est illégal. Selon lui, un recours en annulation de ce décret avait été envisagé auprès de la cour suprême.

Aux dires de Dr Faya Millimono, pour attaquer ce décret auprès de la plus haute juridiction guinéenne, le BL a entamé  des démarches visant à rentrer en possession d’une copie du décret. Ce qui, selon toujours le président de BL, a conduit le parti au secrétariat général du Gouvernement, au conseil national de transition, à la RTG et à la CENI. « Nous avons fait des démarches au Secrétariat général du gouvernement, ensuite au CNT pour avoir une copie du décret. Hélas ! Cette copie n’existe nulle part. Nous avons donc jugé utile de nous rendre à la RTG, où le décret a été lu, puis à CENI. Aucune trace du décret n’existe dans ces lieux. C’est pourquoi nous estimons que le décret convoquant le corps électoral aux urnes le 30 juin prochain est illégal ».

Dans une déclaration rendue publique ce mardi, le Bloc Liberal fustige la hausse du taux d’imposition des entreprises privées évoluant en Guinée. Selon Aliou Bah, économiste et directeur de la communication du BL, « la multiplication par dix du taux d’imposition des entreprises privées en Guinée  est exagérée. Par exemple, une radio communautaire qui avait l’habitude de payer deux millions de Francs guinéens par an paye désormais 20 millions de Francs guinéens. Quant aux radios commerciales qui payaient 2 millions cinq mille par an, elles payent désormais 25 millions de Francs guinéens. »

Poursuivant, le directeur de la communication du Bloc libéral  souligne que dans un régime politique qui tient à cœur les intérêts des opérateurs économiques et des consommateurs, l’augmentation des taxes et des impôts se fait en palier progressif sur une période suffisante. Ceci, précise-t-il, pour atténuer les effets corollaires dont la hausse subite des prix des produits vendus sur le marché.

Aux yeux de l’économiste, cette hausse du taux d’imposition est une action punitive à l’endroit des entrepreneurs et  des consommateurs. Et d’ajouter que ce  n’est en aucun cas la mesure appropriée au redressement de l’économie et des finances de notre pays.  « De  l’avis de certaines analystes, le nœud du problème ne se situe pas  au niveau du taux d’imposition, mais plutôt au niveau d’une administration fiscale dysfonctionnelle, sous-équipées ayant des agents non qualifiés pour la plupart et mal rémunérés. » a-t-il laissé entendre.

En outre le Bloc libéral juge « cette hausse inopportune, dévastatrice et contreproductive pour l’économie guinéenne ». Selon Aliou Bah, les effets pervers de cette mesure sont entre autres le manque d’investissement,  la délocalisation des entreprises vers d’autres pays, le taux insignifiant de croissance et du taux d’emploi. Pis, renchérit-il, cette mesure sape davantage le pouvoir d’achat du guinéen qui était déjà très bas. Le Bloc libéral est favorable au maintien au strict minimum du taux d’imposition en général et celui des entreprises en particulier.

Comme solution pour sortir la Guinée du marasme économique, le BL recommande que la gestion à main levée actuelle de l’économie nationale cède la place à celle scientifique afin que le pays sorte de la misère qui l’a si longtemps paralysée.

« L’implantation de la dictature commence par un échec économique et social pour s’étendre graduellement à tous les autres secteurs. » rappelle le parti Bloc libéral avant d’inviter les organisations syndicales et patronales ainsi que les organisations de défenses des droits des consommateurs, à se joindre à la lutte du parti pour l’annulation de cette hausse du taux d’imposition.

Ciré BALDE, pour Visionguinee.info

00224 664 93 14 04

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info