Accueil » Politique » GUINEE: La logique du chaos

GUINEE: La logique du chaos

Les  nuages s’amoncellent dans le ciel guinéen. Puisque chaque jour qui passe apporte son lot de problèmes. Et, plus on s’approche du bout du tunnel, plus il s’en éloigne si fait que l’on se demande, toutes proportions gardées, si le pays ne va pas à vau-l’eau.

"

En effet, cela fait maintenant plus de trois ans que la Guinée, le pays de Sékou Touré, fonctionne sans parlement, donc sans contre-pouvoir réel, alors qu’elle est gouvernée par un président démocratiquement élu, le Pr Alpha Condé. L’opposition et le pouvoir s’étripent sur un certain nombre de points dont le choix de l’opérateur devant établir un fichier électoral fiable et le vote des Guinéens de l’étranger, sans oublier le choix de la date même du scrutin qui cristallise les attentions.

Quelle thérapie faut-il donc pour aider la Guinée à sortir in fine de l’apoplexie sociopolitique, est-on tenté de se demander ? La question vaut son pesant d’or puisque toutes les fois qu’il y a accalmie en Guinée, cela préfigure de lendemains incertains. Car, à bien des marches pacifiques de l’opposition, se sont succédé des manifestations violentes qui ont même laissé des morts sur le carreau, sans compter les nombreuses personnes qui ont été interpellées. Et on pensait que la grâce accordée à certains détenus politiques par le président Condé allait permettre une décrispation du climat politique en Guinée. Puisqu’on y voyait un gage de bonne volonté de la part du président Condé de détendre l’atmosphère. Que nenni ! Non seulement, l’opposition a boycotté la rencontre qu’avait convoquée le pouvoir afin de discuter avec l’ensemble de la classe politique sur la transparence du processus électoral, mais aussi, elle a décidé de ne pas faire acte de candidatures. Pourtant, la date butoir pour le dépôt des candidatures a expiré le 20 mai dernier.

Que veut réellement l’opposition guinéenne ? L’histoire nous enseigne pourtant que la politique de la chaise vide a toujours été une mauvaise stratégie de combat. « Mieux vaut une chaise vidée qu’une chaise vide », s’écriait si sagement le Pr Joseph Ki-Zerbo à l’époque. Car, refuser de prendre part à une élection, pour une raison ou pour une autre, c’est ouvrir un boulevard au pouvoir en place, qui n’en demandait pas plus. Il vaut mieux affronter Condé dans les urnes que de passer le temps à  ruer dans les brancards. Car, à force de s’acharner contre quelqu’un, on finit par le rendre sympathique aux yeux de l’opinion publique. Loin de nous l’idée de vouloir donner un blanc-seing au président Condé qui, selon toute vraisemblance, redoute la tenue des législatives, mais on a aussi la fâcheuse impression que l’opposition guinéenne en fait un peu trop. Pourquoi avoir boycotté une rencontre qui, plus est, avait pour but d’échanger sur la transparence du processus, chose qu’elle-même réclame d’ailleurs ? Ou bien a-t-elle un agenda caché ? Rien n’est moins sûr. Tout laisse croire que l’opposition joue la carte du pourrissement pour qu’intervienne un troisième larron qui mettra fin au pouvoir de Condé. Ce qui est loin d’être une démarche démocratique, surtout quand on sait que la Guinée a connu une longue tradition de coups d’Etat depuis son accession à l’indépendance.

De toute évidence, il faudra bien qu’un jour, les Guinéens acceptent de se surpasser dans l’intérêt supérieur de leur nation, en transcendant  leurs clivages de tout acabit. C’est la seule voie pour eux d’éviter le chaos qui se profile à l’horizon.

Boundi OUOBA (In Le Pays)

 
Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info