Accueil » Société » Choqué par le viol de sa fille, un chef de village meurt d’une crise cardiaque

Choqué par le viol de sa fille, un chef de village meurt d’une crise cardiaque

Djéhi Bonfils, chef de « Gouédji », chaud quartier-village de Bangolo, a brutalement tiré sa révérence. L’homme n’a pas supporté le choc d’une très mauvaise nouvelle. Le drame est arrivé le jeudi 28 juin 2013. Sur les faits, nos sources expliquent que ce jour-là, la jeune B.D et deux de ses sœurs, toutes des filles du chef du village, sont commises par leur mère, de déposer un panier d’attiéké au domicile de dame B. Clarisse, qui organise une fête pour enfants.

Pour l’occasion, Banzé Lucien, un solide garçon de 27 ans, se propose de les accompagner. Ce qu’acceptent les trois sœurs. Le chemin les conduisant au centre-ville, leur destination, est plongé dans l’obscurité. Toutefois le parcours se fait de façon agréable. Sur le chemin du retour, juste après l’église catholique, l’accompagnateur demande aux deux petites sœurs de B.D de les devancer. Le temps d’aller en compagnie de cette dernière, faire sa commission à une aînée à lui. Les deux fillettes s’exécutent et vont attendre un peu plus loin. Mais de longues minutes durant, elles ne voient pas revenir leur sœur et Banzé Lucien. Lasses d’attendre, elles foncent au village et expliquent à leurs parents, l’absence de leur grande sœur. Des jeunes gens sont alors commis à la recherche des « portés disparus ». Mais toutes leurs recherches sont vaines, et tout malheureux, ils regagnent leur bourgade.

Voilà qu’une dizaine de minutes après, arrive la petite B.D. Elle est en pleurs. A ses côtés, Banzé Lucien. A la question de savoir les causes de ses pleurs, c’est sans hésiter que la gamine avoue qu’elle vient d’être violée par l’accompagnateur. Surpris d’être ainsi dénoncé alors qu’il croyait avoir pris toutes les dispositions pour que sa victime « la boucle », Banzé Lucien prend ses jambes à son cou. Mais il ne va pas loin. Coincé, il est soumis à un traitement de choc, avant d’être conduit à la brigade de gendarmerie.

Entre temps, le vieux chef de village, apprenant le viol de sa fille qui est encore mineure, ne supporte pas le choc. Foudroyé par une attaque cardiaque, il s’écroule. Conduit à l’hôpital, il est bien trop tard. Le malheureux avait déjà rendu l’âme. Dans le village de « Gouédji », c’est la consternation totale. Notons que la fillette violée est admise à l’hôpital pour des soins.

Banamputu

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info