Accueil » Société » Affrontements sanglants à Mandiana : les autorités annoncent de nouvelles mesures

Affrontements sanglants à Mandiana : les autorités annoncent de nouvelles mesures

Les populations des districts de Diarakourou et Marena, commune rurale de Fralako dans la préfecture de Mandiana, réclament chacune la paternité d’une mine d’or. En dépit d’une décision de la Cour d’appel de Kankan attribuant le domaine au village de Diarakourou, des affrontements sanglants ont éclaté dimanche dernier entre les populations de ces deux localités.

Ces incidents ont enregistré 12 blessés dont 3 grièvement, selon un bilan officiel. Au micro de nos confrères de la radio nationale, Ibrahima Barboza Soumah, préfet de Mandiana a déploré la tournure des évènements dans sa localité. Selon lui, tout est parti d’un vieux conflit domanial qui a opposé les populations de Diarakourou, district situé à 25 km du chef-lieu de la préfecture, à celles de Marena.

Aux dires du Préfet de Mandiana, en 2001 durant l’exploitation de ce domaine minier,  les autorités d’alors ont  essayé de trouver un terrain d’entente entre les deux communautés antagonistes. Mais en vain, dit-il. A l’en croire, le dossier de ce conflit a été transporté au niveau des autorités judiciaires notamment la gendarmerie et la police qui, à leur tour ont renvoyé le dossier au niveau du tribunal de paix de Mandiana  qui s’est prononcé en faveur du district de Diarakrou. Une décision, selon Ibrahima Barboza Soumah, qui sera confirmée quelques années plus tard par la Cour d’appel de Kankan. Non contentes de ce verdict judiciaire, les populations de Marena ont interjeté le dossier relatif à ce conflit à la Cour suprême de Conakry.

Dimanche matin, les citoyens de Diarakourou ont décidé de travailler sur les lieux. Ceux du village adverse, armés de fusils de calibre 12, de gourdins, ont tendu une embuscade à ceux de Diarakourou à mi-chemin. Bilan des affrontements, 12 blessés dont 3 grièvement.

Pour calmer la situation, les autorités préfectorales ont dépêché les forces de maintien d’ordre sur le terrain. Depuis, un calme précaire règne dans la cité. D’ores-et-déjà, toutes les exploitations ont été suspendues par les autorités jusqu’à nouvel ordre dans la mine, objet de litige entre les communautés. Autres mesures, l’installation d’un Point d’Appui (PA) pour sécuriser la mine et les deux parties ont été interpellées pour une sensibilisation. En attendant la décision finale de la justice, les autorités préfectorales, et les deux belligérants sont autour de la table afin de trouver une issue favorable à ce conflit, selon Ibrahima Barboza Soumah, préfet de Mandiana.

Mariam CISSE, pour VisionGuinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info