Accueil » Société » Drame à la plage de Lambanyi : un rescapé parle !

Drame à la plage de Lambanyi : un rescapé parle !

Après le drame survenu le 1er janvier à la plage de Lambanyi, notre reporter s’est rendu  au domicile de l’une des victimes. Aicha Souaré puisqu’il s’agit d’elle, était étudiante en 1ère année Droit minier à l’Université Titi Camara, nous apprend-t-on.  Elle était brillante et travaillait dur pour réussir. Le destin en a voulu autrement. Aicha est morte noyée le jour du nouvel an, alors qu’elle assistait au concert de la reggaman Guinéen Takana Zion.

Décrivant les circonstances dans lesquelles, la pauvre Aicha a trouvé la mort, son compagnon qui, de justesse a échappé à cette apocalypse  fait le récit de sa mésaventure. « Nous étions en train de quitter la plage, quand soudain  nous avons aperçu une foule qui criait lorsque le
pont s’est effondré », narre Mohamed Camara.  « Entre temps, poursuit le jeune rescapé, Aicha panique et  me disait qu’elle allait mourir. Je lui ai consolé,  en lui disant de ne pas avoir peur car nous n’étions pas les seuls à être coincés sur cette plage », témoigne pathétiquement Mohamed.

Pendant que le pont s’effondrait, le public lui s’agitait et continuer à bouger. C’est la sauve qui peut. Chacun se cherche. Aicha et son petit ami restent dans un coin. Mais pas pour longtemps. La pression monte à la plage. Les gens se bousculent davantage. Mohamed et Aicha tombent dans l’eau et se séparent dans ce tohubohu.

A 23 heures, les vagues ramènent un corps sans vie sur la berge. Mohamed le reconnait aussitôt. Il s’agit de celui d’Aicha Souaré.

Samedi matin, notre reporter arrive au domicile familial de la victime à Enco 5, dans la commune de Ratoma. L’émotion est vive. La tristesse se lit sur le visage des membres de la famille. Une sœur, une fille, une cousine s’en est allée. C’est ainsi qu’on présente Aicha.  L’oncle de la défunte, Kandé Lansana  est très attristé et se dit indigné suite à la disparition tragique de sa nièce. Mais se remet toutefois à la volonté Divine.

Aicha était une pieuse, raconte son oncle.  A l’annonce du décès, les imams du quartier ont réclamé son corps. Elle était membre de l’association des jeunes musulmans du quartier et priait régulièrement. Souvent, les dix  derniers jours du mois de Ramadan, Aicha les passait à la mosquée, renchérit Kandé Lansana.

Dans un communiqué officiel, le Gouvernement a exprimé sa compassion aux victimes de ce drame tragique survenu le 1er janvier faisant état de  6 morts et plusieurs blessés. 5 corps ont été identifiés et une dizaine de disparus sont réclamés par leurs familles, ajoute le communiqué qui indique que  les recherches sont activement menées par les services de sécurité.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info