Accueil » Politique » Félonie politique d’un régime à l’autre: La vraie histoire de Jean-Marie Doré (suite)

Félonie politique d’un régime à l’autre: La vraie histoire de Jean-Marie Doré (suite)

Le masque de Jean-Marie Doré est enfin tombé. Les guinéens ont eu l’occasion de le découvrir sous les régimes Sékou, Conté, Dadis, pendant la transition militaire avec Konaté (notamment dans les affaires eau empoisonnée et contrats chinois) et aux premières heures du régime Condé. Désormais même les acteurs politiques aux dents de lait (‘‘petits comptables’’ et journalistes enquiquineurs’’) ne peuvent plus tomber dans sa félonie.Jean marie dore

Sous le CNDD, il conférait avec les Forces vives et cinq minutes après, le capitaine Moussa Dadis Camara savait tout ce qui avait dit à la rencontre. Sous la transition du général Sékouba Konaté, par un caprice de l’histoire, et pour le malheur de la Guinée, le septuagénaire et toujours désargenté Jean- Marie Doré est devenu, en janvier 2010, Premier ministre du gouvernement de transition chargé d’organiser la première élection présidentielle libre de l’histoire guinéenne, dans la mesure où ni le président ni aucun acteur de la transition ne pouvait s’y engager.

À ce poste, Jean-Marie Doré, censé être neutre et impartial pour que le peuple guinéen ait enfin un président démocratiquement élu, a trahi sa mission. Il a pris ouvertement fait et cause pour le candidat Alpha Condé (18 pour cent au premier tour) et lui a accordé tous les reports demandés. Il fallait donner à l’opérateur Waymark assez de temps pour incorporer dans ses ordinateurs le système de fraude concocté contre Cellou Dalein Diallo (44 pour cent).

Pendant les 130 jours qui ont séparé les deux tours, le Premier ministre Jean-Marie Doré n’a cessé d’afficher sa foulanophobie sur la RTG.  Il s’en prenait sans cesse à Cellou Dalein Diallo, à Bah Oury et aux jeunes de Bambéto qu’il traitait de loubards. Sur la même RTG,  il a accrédité le faux empoisonnement des militants du RPG par ceux de l’UFDG et s’est fait ainsi complice actif de la persécution des Peuls en Haute Guinée, qu’il aurait d’ailleurs préparée  une obscure visite de deux semaines faite auparavant dans cette région. Et après que la directrice générale de l’hôpital Ignace Deen, le Dr Binta Bambadion Diallo, a apporté un démenti cinglant à la thèse de l’empoisonnement en exhibant les bulletins d’analyses médicales aux ambassadeurs et aux représentants des institutions internationales en Guinée, Jean-Marie Doré l’a limogée sans autre forme de procès, en violation de la préséance du décret sur l’arrêté. Quatre ans après cette farce qui a tourné en tragédie, il reconnaît que l’affaire d’empoisonnement avait été montée de toutes pièces, mais il n’en dit pas plus. Il devrait être poursuivi devant les tribunaux.

Finalement, la conspiration ourdie par les principaux acteurs de la transition contre la démocratie guinéenne a empêché Cellou Dalein Diallo d’accéder au pouvoir. C’était tout simplement surréaliste ! Alpha Condé, devenu président de la république a tourné le dos à Jean-Marie Doré, comme l’on se défie d’un traître que l’on connaît bien. Et il a déclaré nuls tous les contrats signés sous la transition militaires. C’était un coup de Jarnac !

Jean-Marie Doré n’est pas seulement anti-peul. Dans son livre La Résistance à la pénétration coloniale en Guinée Forestière, il traite les Malinké de « traîtres » et affirme que ce sont eux qui ont livré les Forestiers à la France. Réduit au rang de simple député, pis encore de député non inscrit, le plus dur pour lui est à venir. Ses contrats faramineux signés de gré à gré, dans l’entre-deux-tours, avec des sociétés étrangères ne seront même pas soumis à la commission Mines pour examen, à plus forte raison ratifiés par le Parlement. Avec la société Henan Chine : 3 autoroutes nationales de 2 500 km, 50 000 logements et un centre hospitalo-universitaire dans chacune des 7 régions administratives. Avec Hyperdynamics : l’exploitation du pétrole offshore guinéen. Le tout pour des milliards de dollars.

Une chose est sûre, dès après la session des lois d’avril 2015, Jean-Marie Doré aura des comptes à rendre à ces sociétés qui l’ont enrichi comme Crésus dans la période suspecte qu’était la transition militaire, pendant qu’il injuriait toute une communauté, tout un parti et le grandissime favori de l’élection présidentielle. Il était persuadé qu’en aidant Alpha Condé à remporter le scrutin, celui-ci le maintiendrait Premier ministre pour organiser les législatives en faveur du RPG et de son parti, l’UPG, et le ferait ensuite président de l’Assemblée afin qu’il puisse faire ratifier ses contrats pourris qui n’arrangent que ses comptes personnels et les sociétés bénéficiaires, mais pas le peuple guinéen. Il paraît que le vieil intrigant a perdu le sommeil. Dès qu’il ferme les yeux, il voit des hommes farouches aux yeux bridés qui lui réclament vigoureusement de gros bakchichs.

On comprend bien qu’il soit inquiet. Si les Américains peuvent être magnanimes à son égard, les Chinois, eux, ne plaisantent pas. Ils n’apprécient guère qu’on les arnaque. Alors M. Doré, il faut craindre un max !

>> Lire aussi Félonie politique d’un régime à l’autre : La vraie histoire de Jean-Marie Doré (1ère partie)

Par Mamadou Yéro Sow

Genève – Suisse

Le Pop

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info