Accueil » Société » Quand le virus Ebola cède la place au virus de la désinformation

Quand le virus Ebola cède la place au virus de la désinformation

Le ministre de la communication,  Alhousseine  Makanéra  Kaké, celui en charge de la santé et de l’hygiène publique le médecin-colonel Remy Lamah et le chef de la division Prévention au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr  Sakoba Keita   étaient  lundi face à la presse. Objectif, échanger avec les hommes de médias sur la problématique de la communication sur  le virus Ebola en Guinée.  ebola

A l’entame de la rencontre, le  ministre de la communication a  abordé la  problématique de la communication sur le virus Ebola an Guinée. Sur la question, Alhousseine  Makanéra  Kaké dit être en possession  d’informations  alarmantes et dangereuses dirigées par des esprits malins.

‘’Les rumeurs qui courent dans la cité annoncent que le virus est dû au fait que la population n’adore plus  Dieu. On raconte que l’oignon est un remède contre cette maladie’’, explique le ministre de la communication qui affirme que l’arme fatale contre ce virus est bien la communication. Une  communication qui permettra aux uns et aux autres de changer de comportement, de respecter les mesures d’hygiène exigées pendant cette période pour vaincre la filière de contamination de la maladie, ajoute Alhousseine Makanera.

Pour contribuer à l’arrêt de la propagation de l’épidémie Ebola, Alhousseine Makanéra  invite les différentes rédactions  à des journalistes qui vont travailler en parfaite harmonie avec le ministère de la communication  en vue de faire une bonne communication autour du virus Ebola tout en ayant recours aux  textes légaux qui régissent la communication en Guinée.

De son côté, le ministre de la santé a rappelé que cette épidémie s’est déclarée dans des préfectures de la Guinée forestière. Et depuis son apparition, le ministère de la santé a perdu 10 agents de santé, a indiqué le médecin-colonel Remy Lamah.

L’agent vecteur du virus Ebola est la chauve-souris qui est très prisée à la frontière guinéo-léonaise, a expliqué le ministre de la santé qui affirme que le commerce de cet animal est très développé dans la région forestière. ‘’Même les excréments de ces chauves-souris sont très prisés et la cuillerée est vendue jusqu’à 5000 GNF’’, ajoute le médecin-colonel Remy Lamah qui a aussitôt  interdit la consommation et le  commerce de la  viande de cet animal.

L’épidémie qui sévit en Guinée depuis plus d’un mois a enregistré 11 cas dont 3 décès à Conakry, a indiqué le Dr Sakoba Keita, Chef de la division prévention des maladies au ministère de la Santé. Il a par la suite exhorté les hommes de médias à œuvrer pour une bonne de communication afin de ne pas créer un autre virus qu’il appelle  le virus de la désinformation. Avant d’appeler les populations à respecter les règles d’hygiène afin d’être à l’abri de toute contamination.

Pour aider la Guinée à circonscrire le virus Ebola, un  expert en communication qui a travaillé sur cette épidémie au Gabon, au Zaïre séjourne en Guinée pour partager son expérience avec les professionnels de la communication en Guinée mettre à notre disposition leur expérience. L’institut pasteur de Lyon a mis à  la disposition de un laboratoire de microbiologie mobile. On annonce également la présence des experts venus de l’institut pasteur de Dakar, ainsi que d’autres d’Atlanta qui arrivent en Guinée dans les prochains jours.

Amadou Aliou BARRY, pour VisionGuinee.Info

00224 664 32 68 46

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info