Accueil » Politique » Empoisonnement des militants en 2010 : ce qu’un mouvement de jeunes reproche à Jean Marie Doré

Empoisonnement des militants en 2010 : ce qu’un mouvement de jeunes reproche à Jean Marie Doré

Youssouf Camara photo

Youssouf Camara

Sans langue de bois, Youssouf Camara confie à notre reporter que la motivation première de cette plainte est la défense des droits des citoyens afin que justice soit rendues aux nombreuses victimes de représailles en 2010 tant qu’à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

Secundo, dans l’affaire d’eau empoisonnée de l’entre-deux tours de la présidentielle de 2010, l’administrateur civil estime qu’un témoin clé est encore en vie, indexant par la suite Jean Marie Doré. Ce mouvement de jeunes pour la justice affirme que l’ancien premier ministre de la transition dit connaitre le principal instigateur de cette affaire. Mais pour raisons de secrets d’Etat, le président de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) ne dira pas le nom de l’intéressé.

Secrets d’Etat ? Ce n’est pas le point de vue de Youssouf Camara qui soutient que dès après la déclaration de Jean Marie Doré, le procureur de la république aurait pu se saisir du dossier afin que lumière soit faite. Il reste convaincu que l’ancien premier ministre de la transition est détenteur d’informations clé pouvant aider à résoudre l’énigme dans cette affaire d’empoisonnement.

Pour constituer la plainte contre Jean Marie Doré, Youssouf et ses collaborateurs disent avoir consulté des organisations de défense des droits de l’homme, recoupé des informations auprès de certains rescapés  de l’empoisonnement. Leur seul combat : faire éclater la vérité au grand jour afin que plus jamais des actes de la sorte ne se reproduisent plus en Guinée.

En cas de non satisfaction auprès des Tribunaux et Cours en Guinée, le mouvement des jeunes pour la Justice compte saisir des juridictions supranationales tout en continuant à faire des lobbyings auprès de la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (Radho), la Fédération Internationale de Droits de l’Homme (Fidh) et autres organismes de défense des droits de l’Homme pour que justice soit rendu sans partialité.

Boubacar Sidy BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 628 32 85 65

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info