Accueil » Société » Coyah : Une salle de cinéma transformée en marché

Coyah : Une salle de cinéma transformée en marché

Dans la matinée du dimanche, l’ambiance était électrique au Kilomètre 36. L’association des jeunes de Sanoyah a décidé de récupérer un domaine vendu à un privé au temps de la deuxième république. Cette décision des jeunes est motivée par le souci de recaser les femmes vendeuses, menacées de déguerpissement en raison de la construction de la route Coyah-Km 36. Manif Coyah

En Guinée, nombreuses sont ces salles de cinéma qui sont tombées en désuétude. Non utilisées pour la projection de films, certaines de ces salles ont été vendues à des particuliers. Au nombre desquelles se trouve la salle de Cinéma du Kilomètre 36, objet de litige à ce jour. Acheté au temps du Général Lansana Conté par un certain Kalva Fofana résident en France, le domaine a été pris d’assaut dimanche matin par une clique de jeunes de Sanoyah accompagnée par des vendeuses de la localité.

Selon Mamady Kaba, qui se dit être Secrétaire Général de la Jeunesse de Sanoyah, cette insurrection sur le chantier est motivée par la volonté de recaser les femmes de Sanoyah dans un marché. ‘’La jeunesse a décidé de déguerpir les femmes vendeuses au bord de la route en construction. On veut que les femmes rentrent dans un marché. Elles occuperont désormais  l’ancienne  salle de Cinéma du Kilomètre 36’’, a-t-il déclaré au micro de notre reporter.

La salle de cinéma en question a été revendue il y a près d’une décennie, nous apprend-t-on. Une décision que les manifestants n’entendent pas de cette oreille en assiégeant le chantier en construction. ‘’Nous avons appris que le bailleur veut construire un super marché. Nous ne voulons de cela ici, nous voulons un marché populaire pour nos femmes’’, a indiqué Mamady Kaba qui précise que des démarches ont été menées pour récupérer le domaine. ‘’Depuis plus de 9 mois, des courriers ont  été envoyés à Kalva par la jeunesse de Sanoyah afin qu’une solution soit trouvée à l’amiable. Toutes ces lettres sont restées mortes. Les autorités préfectorales, sous-préfectorales, communales sont au courant. Nous récupérons l’ancienne salle de cinéma pour en faire un marché pour nos femmes’’.

A moins de 100 mètres du chantier investi par les jeunes de Sanoyah, se trouvent un poste de police et une gendarmerie. Mais face à la liesse populaire, aucun agent de la sécurité ne s’est hasardé à s’aventurer devant la salle de cinéma. La raison est simple, selon Mamady Kaba. La gendarmerie et la police ont été avisées. Toutefois, elles ne souhaitent pas fouiner leur nez dans une affaire de conflit domanial qui sommeille depuis au temps du général Lansana Conté.

Du côté de ceux qui n’approuvent la décision de la jeunesse de Sanoyah, on accuse Mamady Kaba opérateur économique de manipuler les jeunes de sa localité en vue de rafler la gestion du marché à l’image de son épouse qui, nous rapporte-t-on, se frotte les mains après avoir rénové un hangar à moins de 200 mètres du Cinéma du Kilomètre 36, destiné à être mis en location.

Au moment où nous quittions les lieux, un délai de 72 heures a été accordé au bailleur afin d’évacuer le matériel de construction stocké dans le bâtiment. Passé ce délai, Mamady Kaba promet que tout le matériel sera jeté dehors afin de lancer les travaux de construction du marché populaire.

Ciré BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224  664 93 14 04

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info