Accueil » Société » Vers l’assignation de Serges Lamah de Guineenews en justice

Vers l’assignation de Serges Lamah de Guineenews en justice

Dans un article de presse qu’il a fait publier sur le quotidien électronique d’informations générales Guineenews, notre confrère Didier Serges Lamah a révélé les confidences de Chantale Cole que celle-ci aurait souhaitées gardées pour la gouverne de l’enquêteur.Chantale

Du berger à la bergère, la réplique de la principale mise en cause dans cette affaire n’a pas tardé. Quelques heures seulement après la publication de l’article sur la toile de ce médium guinéen le mieux visité à travers le monde. Dans l’après midi donc de ce jeudi 29 mai, Chantale Cole a animé un point de presse au GHI Conakry pour éclairer la lanterne des uns et des autres sur la situation.

D’entrée, la directrice générale du groupe de communication Alo médias s’est dit “déçue” de ce web site pour lequel elle dit avoir pourtant beaucoup de respect, et pour des raisons qu’elle a énuméré en ces termes.

“La première, c’est qu’il est le plus ancien et qu’à l’époque, on n’avait pas le net dans ce pays. Il donnait l’information à tous les hommes et les femmes qui étaient intéressés par la Guinée, qu’ils soient guinéens ou non. Au nom de cela, je suis choquée et déçue”, a-t-elle déclaré.

Revenant sur les échanges téléphoniques qu’elle a eus avec celui qu’elle décide d’assigner en justice, Chantale Cole dit s’être confiée au journaliste et lui avoir intimé de révéler ce qui devrait être dit durant la communication.

“A ma grande surprise, à la lecture de cet article de mensonge que j’ai pu lire au même titre que vous, je tiens à vous informer que la semaine dernière, j’ai reçu un appel de Guineenews qui m’a posé un certain nombre de questions. Je lui ai fait des confidences personnelles que je lui ai demandé de ne pas révéler”.

Mais durant la conversation, Chantale, en véritable flic, soupçonne qu’elle est enregistrée par l’interlocuteur. “J’ai entendu le click-tee, vous savez quand on est enregistré, on entend le click-tee. J’ai dit à notre confrère de Guineenews, je ne sais pas si je suis enregistrée. Mais si vous m’enregistrez, sachez que si vous utilisez ce que je suis entrain de dire, je déposerai plainte. Donc, c’est peut-être ça qu’il appelle dans son article des menaces’’.

Serein, Serges Lamah ne paniquera pas. Il veut révéler au public lecteur ces confidences. Les voilà donc publiées sur Guineenews. Mais il ne sera pas sans être inquiété. Parce que la patronne de média, fidèle à sa tradition de traduire ses confrères en justice et collaborateurs, l’assignera lui aussi en justice. Même si le CNC est là pour réglementer la sphère médiatique et trancher les délits de presse.

Vraisemblablement gaie et défoulée devant le parterre de journalistes. L’état d’âme de Chantale Cole est tout autre, surtout quand elle dit : “Je suis vraiment déçue de ce traitement d’information. Pas du fait qu’ils aient choisi de traiter un sujet d’actualité, mais de la façon dont ils l’ont traité, qui ne ressemble pas à mon sens, à ce qu’ils ont l’habitude  traditionnellement’’.

Poursuivant sa communication, elle enfonce le clou et juge tout le médium Guinéen à travers son journaliste enquêteur. “Je suis navrée de qualifier Guineenews de torchon, parce que s’il y a un web site (je ne jette pas la pierre aux autres hein), l’ancienneté fait qu’on devient bon et qu’on performe. Vous savez que moi-même j’ai des web sites, régulièrement Guineenews fait partie de ceux que je cite dans mes équipes sur la capacité à être au cœur de l’information’’.

Sur le dossier qui l’a amenée à faire cette sortie médiatique, et dans lequel elle se serait servie des biens de la famille de feu le général Lansana Conté, la conférencière dément catégoriquement.  “Je crois que M. Lamah ne m’a pas compris. Et quand on n’a pas le niveau, il ne faut pas prendre le risque d’écrire, sinon on tournera en ridicule’’, a soutenu Dame Cole.

Aux informations selon lesquelles elle serait astreinte de vendre ses actions au sein de MTN-Guinée où son entreprise SGI est actionnaire à hauteur de 12% et demi, Chantale dit  qu’à la suite des tumultes en  2011  avec l’Etat qui réclamait son dû à Areeba racheté par MTN, les partenaires lui ont fait des propositions de rachat de ses actions. “J’ai demandé qu’une estimation de ces actions soit faite en toute transparence et nous sommes sur les négociations”, a-t-elle précisé.

Mady Bangoura, pour VisionGuinee.Info

00224 664 29 48 51

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info