Accueil » Société » La culture absente dans la politique générale du gouvernement : Des acteurs répondent au Premier ministre

La culture absente dans la politique générale du gouvernement : Des acteurs répondent au Premier ministre

Lors de son passage à l’assemblée nationale le 17 juin dernier, le premier ministre Mohamed Saïd Fofana a ignoré le secteur de la culture. Plus d’une semaine après la déclaration de la politique générale du gouvernement, les acteurs culturels ont animé une conférence de presse mardi à Conakry pour lancer un cri de cœur.  Culture

A l’entame de la rencontre avec les hommes de médias, le président de l’Union des journalistes et animateurs culturels de Guinée (Ujacgui) s’est dit indigné par l’acte du premier ministre. Même si la culture n’occupe pas une place de choix dans la politique des gouvernants Guinéens, Ali Bongo Léno affirme que la culture ne doit pas être occultée de la sorte devant l’assemblée parlementaire.

‘’Si on dormait, il est temps qu’on se réveille aujourd’hui. La révolution culturelle a commencé. On ne peut pas effacer l’histoire de notre culture quand on sait qu’elle a tout donné à ce pays’’, a lancé le président de l’Ujacgui qui, du moins reste convaincu que la culture est un secteur qui a du potentiel.  Pour lui, le fait que le premier ministre ait omis la culture dans sa politique générale est dû au fonctionnement en rangs dispersés des acteurs culturels. C’est pourquoi, Ali Bongo Léno exhorte les uns et autres à faire le toilettage chacun de son côté afin de former un syndical fort qui pourra défendre les causes de la culture.

‘’Je suis choquée, scandalisée et meurtrie dans ma chair’’, a réagi Maciré Camara de la structure Mass Production. ‘’ Je me cherche et je me demande sur quelle planète, je me trouve. Ce qui vient de se faire est tout simplement inadmissible. Parler de politique, de la justice, de l’agriculture, de l’économie et de tout, sans parler de la culture est une façon d’ignorer notre identité,  notre  origine, et le peuple en un mot puisque ce dernier est indissociable de sa culture’’, martèle la patronne de Mass Production et présidente de Fédération des opérateurs culturels de Guinée.

Pour Maciré Camara, ‘’l’acte du premier ministre n’est pas un oubli. Mohamed Saïd Fofana a peut-être imaginé que le secteur culturel n’est pas un vecteur de croissance. Un secteur à ne pas considérer parce qu’il ne peut rien apporter à la Guinée’’, dénonce-t-elle.

Pourtant, recadre la directrice générale de Mass productions,  c’est à travers la culture qu’on a parlé de la Guinée en dehors de nos frontières. ‘’Sans la culture certainement, on n’aurait pas parlé de la Guinée comme cela a été fait. Le slogan Guinea is back doit commencer par la culture. Tant qu’il ne passe pas par le ministère de la culture, il n’ira jamais loin’’, indique Maciré Camara.

Poursuivant son argumentaire, la présidente de la fédération des opérateurs culturels de Guinée souligne que la culture est laissée à l’abandon en Guinée, avec à la clé aucune aide de l’Etat et le secteur reste jusque-là sans subvention. ‘’On parle tous les jours d’investisseurs, d’institutions internationales qui ont apporté quelque chose à la Guinée, mais la culture n’a jamais fait partie du projet du gouvernement. Donc, ce que le premier ministre a fait est une suite logique des actes du gouvernement depuis quatre ans. Cet acte prouve davantage que le département de la culture est juste un complément d’effectif”, déplore-t-elle.

Boussouriou Doumba, Pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info