Accueil » Politique » Etat d’urgence sanitaire : le ministre Damantang Albert Camara clarifie…

Etat d’urgence sanitaire : le ministre Damantang Albert Camara clarifie…

La déclaration de l’état d’urgence sanitaire nationale par Alpha Condé continue de déferler la chronique dans la cité. Au lieu d’un décret à l’image du Liberia, de la Sierra Léone et du Nigeria, le Chef de  l’Etat s’est juste limité à une déclaration.

"
MINISTRE DAMANTANG

MINISTRE DAMANTANG

Une situation qui a amené le porte-parole du gouvernement a levé l’équivoque sur les antennes des medias d’Etat. ‘’L’état d’urgence tel qu’il a été appliqué au Sierra Léone et au Liberia est différent de la déclaration d’urgence sanitaire nationale faite en Guinée’’, a tenté de clarifier vendredi soir Damantang  Albert Camara qui indique que pendant l’état d’urgence, des pouvoirs spéciaux peuvent être proclamés pouvant entrainer notamment la restriction des libertés de la presse, l’interdiction des réunions publiques, le déploiement des forces armées sur le territoire nationale.

Poursuivant, le porte-parole du gouvernement soutient qu’en cas d’état d’urgence, le pouvoir peut procéder à l’éviction des lieux d’habitations ou de travail, à la fouille des maisons et d’autres lieux privés sans mandat, ainsi qu’à des arrestations sans charge qui peuvent aboutir à la confiscation et/ou la destruction de propriétés privées. ‘’La Guinée ne devrait pas faire ça. Cela nous a été fortement déconseillé. Il s’agit dans la déclaration d’urgence sanitaire nationale et non déclaration d’état d’urgence’’, a-t-il insisté à nouveau.

L’état d’urgence sanitaire déclarée en milieu de semaine consiste  à prendre des mesures complémentaires à celles qui ont déjà été prises depuis l’apparition de l’épidémie, explique Damantang Albert Camara. ‘’Les points les plus saillants de l’urgence sanitaire, sont entre autres le cordon sanitaire autour des zones concernées par l’épidémie, la restriction du mouvement des personnes contacts pour éviter de nouvelles contaminations’’, a rassuré le porte-parole du gouvernement.

Sur la question du retard de la prise de cette décision par le chef de l’exécutif, le ministre Camara pense qu’il y a des personnes de mauvaise foi disent tout et n’importe quoi sans savoir le fondement de cette décision.

‘’Bien avant la décision de l’OMS, la Guinée avait toujours demandé s’il était opportun de mettre en quarantaine les zones touchées par le virus Ebola et fermer les écoles. On nous a toujours dit que cela est totalement improductif’’, explique le porte-parole du gouvernement. Et pour cause, ‘’on allait perdre la collaboration des populations qui, elles-mêmes lorsqu’elles se sentent stigmatiser ne viendront plus vers les hôpitaux, n’observeront plus les règles d’hygiène et se cacheront même des services de santé pour mieux exporter la maladie ailleurs’’, estime Damantang Albert, tout en rappelant que les autorités Guinéennes sont restées conséquentes et cohérentes avec leurs démarches en respectant les directives de l’Organisation mondiale de la santé et celles de Médecins Sans Frontières.

Mariam CISSE, pour VisionGuinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info