Accueil » Interview » Mohamed Lamine Kaba : ‘’On n’est pas contre Alpha Condé parce qu’il est vilain’’

Mohamed Lamine Kaba : ‘’On n’est pas contre Alpha Condé parce qu’il est vilain’’

Dans nos précédentes éditions, nous annoncions l’exclusion de Mohamed Lamine Kaba au sein du mouvement Tout Sauf Alpha, dont il en est le coordinateur. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, ce dissident du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) dit n’avoir pas reçu d’acte officiel lui notifiant son exclusion. Mieux, le président du parti Force des intègres pour la démocratie et la liberté (Fidel) affirme être, jusqu’à preuve du contraire, le seul coordinateur de TSA, car bénéficiant de la confiance de son fondateur, Baidy Aribot.  Lisez !

Mohamed Lamine KabaVision Guinée : Vous êtes le président de Fidel, une formation politique créée il y a un peu plus d’une d’année. Qu’apporte ce parti de nouveau dans l’arène politique ?  

Mohamed Lamine Kaba : Le parti FIDEL est une formation politique qui voudrait rompre avec les habitudes et les comportements du passé. Nous sommes un parti qui ne veut pas tenir des discours comme hier et qui n’est pas entré en politique comme on entre dans une danse. Notre mission essentielle tourne autour de la réconciliation nationale, la justice sociale, le développement économique de la Guinée.

Récemment Cellou Dalein Diallo de l’Union des forces démocratiques de Guinée a tenu un discours qualifié de musclé à Chicago. Votre avis en tant qu’acteur politique ?  

La sortie de Cellou Dalein nous a beaucoup surpris, comme tant d’autres. Nous devons le dénoncer. Mais ce n’est pas le premier acte que nous fustigeons. Souvenez-vous que lorsque nous avons découvert le projet Machiavélique des roundés qui a été ourdi par certains cadres de l’administration agissant au compte du RPG, dans l’intention de diviser le peuple, nous l’avons dénoncé sur tous les toits. Tout le monde nous a appréciés.  Nous avons désapprouvé le fait que le président Alpha Condé ait promis de nommer un soussou à la primature, un forestier à la tête de l’assemblée nationale. Même Kassory Fofana, lorsqu’il a déclaré que la Basse Côte doit avoir son leader à lui, nous sommes montés sur le ring pour dénoncer ses propos.

Cette fois-ci, nous avons constaté que Cellou Dalein est en train de s’inscrire dans le même élan. Nous pensons que son discours était irresponsable et ne fédère pas la nation. Nous  l’avons dénoncé, comme Sidya Touré l’a fait. Mais notre réaction n’a visiblement pas plu à certains de nos collègues de Tout Sauf Alpha dont la plupart des membres sont de l’UFDG, il faut le reconnaitre.

Pouvez-vous être un peu plus explicite ?

Disons que nos collègues ont estimé que notre discours tenu sur les ondes ne colle pas avec leur idéal. On raconte même que je ne suis plus le coordinateur de Tout Sauf Alpha. En remplaçant le mot ‘’guerré (Guerre ou combat en pular) par la paix entre deux communautés en Guinée, c’est discriminatoire. C’est un discours qui divise.

Après votre sortie médiatique, vous avez été aussitôt exclu du mouvement Tout Sauf Alpha. Y a-t-il une corrélation ?

Ecoutez, tout parti ou mouvement politique sérieux doit être organisé.  Il existe plusieurs étapes à franchir avant d’aboutir à une exclusion allant de l’avertissement, au blâme, en passant par la suspension pour aboutir enfin l’exclusion. Mieux, toutes ces étapes devraient être validées dans une assemblée générale  et sanctionnées par un procès-verbal. Tout Sauf Alpha (TSA) est un mouvement transversal qui ne fait pas la promotion d’un parti politique. Il est au-dessus de toute considération régionale, ethnique, raciale. La sortie médiatique de Cellou Dalein à Chicago, je persiste et signe n’a pas été approuvée. Nos critiques ont dérangé certains membres de l’UFDG. Qu’à cela ne tienne, je suis toujours le coordinateur du mouvement puisque Baidy Aribot qui m’a nommé à ce poste me fait toujours confiance. Une rencontre est d’ailleurs prévue avec les autres membres de TSA pour qu’on dise concrètement que me reproche-t-on.

Vous avez rencontré le chef de l’Etat récemment, on apprend de sources sûres que vous avez changé de veste. Qu’en est-il ?

Quand je dénonçais les cadres du RPG qui ont créé le projet Roundés, certains m’ont accusé d’être manipulé par la communauté peule, les hommes d’affaires. Qu’on m’apporte juste une petite preuve qui atteste que j’ai été manipulé. Mon discours d’hier et celui d’aujourd’hui sont les mêmes. Je n’ai pas changé du tout. Lansana Kouyaté disait que tous les leaders politiques ont rencontré le président de la république soit officiellement ou officieusement. Mais quand il le rencontre, ce sont des rumeurs qui alimentent la cité l’accusant d’être l’espion d’Alpha Condé. C’est la même chose qui m’arrive surtout quand on sait que le chef de l’Etat et moi sommes de la même communauté. Et mieux, j’ai été militant de son parti et son directeur de campagne en 2010 au Sénégal, au Cap-Vert, en Gambie. S’il me reçoit à la présidence, les gens penseront que j’ai changé de veste. Mais je vous voudrais vous rassurer que le jour je ne serai plus du mouvement, ça ne sera pas en catimini je le dirai haut et fort sans me cacher.

Sans détour qui se cache derrière votre exclusion ?

Je suis toujours le coordinateur du mouvement. Le porte-parole est le fédéral de la jeunesse de l’UFDG à Matam et a même représenté le parti au conseil national  de la transition. Il s’agit de Youssouf Camara. Il m’a dit, lorsqu’on s’est rencontré par accident d’ailleurs, qu’il est surpris de ma réaction après le discours de Cellou Dalein à Chicago. Qu’il a eu des pressions pour m’exclure.

Mais comment un porte-parole peut vous exclure d’un mouvement dont vous coordonnez les actions?

Ecoutez, il m’a juste dit qu’il a eu des pressions pour m’exclure. La pression, venait des militants à la base, m’a-t-il dit. Quoiqu’il en soit, j’’ai voulu que ça soit dans un cadre formel. Chaque structure a des difficultés internes et externes. Le plus important, c’est la capacité de résoudre le problème. Si aujourd’hui des dissensions apparaissent au sein du mouvement, il faut plutôt privilégier la piste de dialogue. Si jamais je trouve qu’il y a une incompatibilité entre la gestion d’un parti politique qui se veut coopératif et un mouvement combatif, je démissionnerai.

Que voulez-vous dire par parti politique coopératif ?

C’est un parti qui est ouvert au dialogue qui propose des solutions quand ça ne va pas. Dissuader les gouvernants s’ils sont sur un mauvais chemin et les persuader s’ils sont sur la bonne voie.  C’est un parti politique qui invite le pouvoir à améliorer la gouvernance, accélérer la cadence des reformes.

Par combattif entend un groupe de pression qui a une plateforme revendicative.

Et si le régime arrive à satisfaire vos revendications. Que feriez M. Kaba ?

Pour l’instant, ce n’est pas le cas d’abord. J’ai été la personne qui a rédigé la plateforme revendicative de TSA en m’inspirant de la plateforme du parti Fidel. Les bourreaux qui ont tué des Guinéens sont avec Alpha Condé. Il y a eu plus de tueries sous Alpha que sous le régime Lansana Conté. Les vautours qui ont pillé l’économie de la Guinée sont avec lui. On me reproche  aujourd’hui d’être flexible. Mais, même un mouvement de rebelles a une plateforme revendicative. Lorsque la plateforme est améliorée, nous l’apprécions.

Un pool de juges a été installé par Alpha Condé pour recevoir toutes les victimes de violations des droits de l’homme en Guinée. Il faut apprécier ce fait. Bizarrement, je suis le seul leader politique qui en parle. Mieux, le président Alpha Condé a publié le résultat des audits. Même si ce n’est pas lui qui a fait ces audits, il les a publiés après tant d’années. C’est à féliciter et à encourager.

Tant que nos revendications ne sont pas satisfaites, je crois qu’on va garder notre élan. Tout Sauf Alpha ne combat pas la personne d’Alpha Condé, mais un système. On n’est pas contre Alpha Condé parce qu’il est vilain, ou à cause de son ethnie. Mais s’il pose des jalons, il faut l’encourager.

Sans langue de bois, seriez-vous prêt à travailler avec le président Alpha Condé si toutefois, il vous le proposait?

Une opposition est conditionnée. Il n’y a pas de quoi à refuser une offre de sa part ou s’opposer à lui. Mais nous savons qu’il ne pourra pas satisfaire à toutes nos revendications avant 2015.

Réalisé par Ciré BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 664 93 14 04

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info