Accueil » Société » Dian Baldé: ‘’Je suis victime de mon laxisme dans la gestion du journal’’

Dian Baldé: ‘’Je suis victime de mon laxisme dans la gestion du journal’’

On en sait un peu plus sur le débrayage des employés du groupe de presse L’Indépendant/Démocrate n’a pas fini de livrer ses secrets. Après le grand déballage fait par les grévistes, c’est au tour du responsable du groupe de se livrer à un exercice médiatique pour rétablir les faits, dit-on.

"

Independant démocratePendant que le dossier est en justice, le collectif des journalistes grévistes a animé une conférence de presse, jeudi. La réaction du directeur de publication et du comptable de L’Indépendant/Démocrate ne s’est pas faite attendre. Ce vendredi, les deux responsables du journal, entouré de quelques reporters, ont conféré avec les hommes de médias.

Dian Baldé qui plante le décor de la rencontre rappelle que le métier de journaliste est précaire et instable. Par contre, il reconnait que le groupe de presse dont il dirige doit de l’argent aux grévistes. ‘’ Je viens rétablir les faits. Je ne défends pas Aboubacar Sylla qui est politicien. On va sauver la maison car si L’Indépendant ferme aujourd’hui ce ne serait pas beau’’, introduit-il.

 ‘’On reconnait devoir à ces gens. Mais, pour les stagiaires, vu que les piges sont dérisoires, ils font parfois un à deux mois sans écrire. Au lieu que le comptable ne donne 10 ou 20.000 à un reporter, il accumule le montant et le donne au pigiste quand ce dernier est consistant’’, dit-il. ‘’Ce n’est pas ce montant qui va faire vivre le journaliste. Je défends ces employés devant Aboubacar Sylla’’.

Qui est le véritable patron ?  

‘’Le patron du groupe c’est M. Aboubacar Sylla. C’est lui qui met son argent. La paie et autres ne me concernent pas’’, explique Dian Baldé, directeur de publication. ‘’Je gère le journal. Mais les fonds sont investis par M. Sylla’’, assure-t-il à l’auditoire.

Et d’ajouter plus loin: ‘’Aboubacar Sylla est l’administrateur général du groupe qui est une propriété de la  Société de Presse et d’Impression (SPI). Il n’est pas le seul actionnaire du groupe. Il y a Mohamed Sacko qui fut premier directeur de publication de L’Indépendant en 1992. Lorsqu’Aboubacar Sylla a été nommé conseiller économique du premier ministre Sidya Touré, il s’est déchargé du journal. Il n’a plus de bureau à L’Indépendant même s’il est regardant sur certaines choses. Il est plus présent dans les écoles qu’il a créées que dans le groupe de presse’’.

Licenciement abusif ou abandon de postes ?

‘’C’est un peu difficile’’, reconnait Dian Baldé qui affirme que la porte de L’Indépendant n’a jamais été fermée aux déserteurs même si leurs noms ne figurent plus dans l’Ours du journal. ‘’Avant, leurs noms existaient. Mais pour des raisons de sécurité, nous les avons retirés parce que certains parmi eux continuaient à s’identifier comme employés du journal’’. Pour lui, le fait d’avoir abandonné leurs postes et attaqué le patron du groupe par médias interposés, il y a là une rupture du contrat qui les liaient à l’entreprise de presse.

Retard de salaire

Les grévistes réclament le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires variant selon la catégorie de l’employé. Dian Baldé lui soutient qu’il n’y a pas de retard dans le paiement de salaires dans l’entreprise qu’il dirige. ‘’On est trop souple à L’Indépendant. Il n’y avait pas de raisons pour ces journalistes grévistes de venir sur la place publique exposer des problèmes. Pour le cas par exemple de Moise Sidibé (le chinois) qui réclame des arriérés de salaires, c’est un fonctionnaire, professeur de français dans une école qui écrit quand il veut de longs papiers ennuyeux dont je m’efforçais à publier’’, se défend le directeur de publication du groupe. ‘’Certains parmi les grévistes ont été payés’’.

Autrefois victime, Dian Baldé aujourd’hui l’avocat d’Aboubacar Sylla ?

‘’Je ne suis pas là pour faire l’avocat du diable’’, tranche Dian Baldé. ‘’Mais, il ne faut pas chercher la petite bête partout. Pour un tout un retard de salaire d’une semaine, des employés abandonnent leurs postes pendant 4 mois pour ne plus revenir’’, tance le directeur de publication. Malgré tout, se réjouit-il, ‘’le journal tient. Pendant ce temps, les journalistes cherchent le patron. Il faut qu’on soit honnête. Je n’ai jamais menti ou trahi quelqu’un. Le jour j’en aurai mal des conditions de travail de L’Indépendant je quitte. Cela va tuer ou quoi ? Tout n’est pas rose à L’Indépendant. Mais vous connaissez les difficultés de la presse’’, évoque-t-il.

Si on en est arrivé à cette situation, Dian Baldé pense que son laxisme dans la gestion du journal en est pour quelque chose. ‘’Certains journalistes de  L’Indépendant font de la supercherie en prenant des articles sur les sites internet et les envoyer au journal, c’est du plagiat. C’est trop facile en Guinée. Le comptable me reprochait souvent de ne pas filtrer les salaires. Aujourd’hui, je suis victime du laxisme avec lequel j’ai géré L’Indépendant’’. Avant de rappeler:  ‘’J’ai été remercié de L’Indépendant pendant une certaine période. C’est le journal qui est allé me chercher. Mais j’en n’ai pas fait un problème. On avait un rédacteur en chef Aboubacar Condé (Paix à son âme) qui avait quitté la rédaction. Je suis revenu en 2002 en tant que directeur de publication. Qu’on me chasse de L’Indépendant ou pas, je suis journaliste’’.

Aboubacar Sylla, pionnier de la liberté de la presse ?

Ce que cet homme a fait pour la presse en Guinée, nul ne l’a fait. C’est du moins ce qu’en pense Ansoumane Bangoura, journaliste et ancien directeur du Bureau de presse du Président Ahmed Sékou Touré. ‘’Aboubacar Sylla est à encourager. Il est l’un des pionniers de la liberté de la presse en Guinée et le meilleur ministre de l’information que la Guinée a eu. C’est injuste qu’il soit traité de cette manière par certains médias’’, souligne le doyen. ‘’Au lieu de le taper ainsi, il doit être préservé pour ce qu’il a fait pour la presse qu’elle soit publique ou privée. Personne ne peut me contredire. J’ai tout vu, j’ai tout su,’’ estime-t-il.

Ciré BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 664 93 14 04

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info