Accueil » Société » Ibrahima Kourouma à propos de l’ouverture des classes : “On n’avait pas le choix“

Ibrahima Kourouma à propos de l’ouverture des classes : “On n’avait pas le choix“

Les écoles guinéennes ont ouvert leurs portes ce lundi 19 janvier sur l’ensemble du territoire national. Ce, après six mois de vacances. Cette décision des autorités en charge du système éducatif qui intervient en milieu de mois et au sortir de la fin d’année, est ressenti tel un couperet dans certaines familles, qui estiment qu’il fallait attendre la fin du mois pour ouvrir.

Ministre Ibrahima KouroumaMais le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et le d’Alphabétisation a tenu ce mardi 20 janvier, à éclairer la religion de chacun et de tous sur le sujet.

“C’est vrai que beaucoup de choses se disent. Mais il faut que chacun comprenne que l’école, c’est les périodiques. Si vous ne les respectez pas, si vous ne faites pas en sorte que les programmes soient achevés correctement, les diplômes que vont avoir les enfants ne seront pas reconnus sur l’échiquier international. Ce qui n’est pas normal’’, a précisé Ibrahima Kourouma.

‘‘Raison pour laquelle, poursuit-il, en établissant le plan d’études, nous nous sommes rendus compte qu’il fallait faire le maximum pour que les écoles ouvrent les portes, si nous voulons faire des examens, faire en sorte que les enfants, une fois admis aux examens, aient la possibilité, pour ceux qui veulent aller à l’extérieur, si nous voulons être dans les règles, la chose la plus importante pour nous serait de faire la rentrée avant le mois de janvier’’.


Il y a trois semaines que le président de la République a annoncé l’ouverture prochaine des classes sans pour autant indiquer une date exacte. Cela a été corroboré par le ministre Kououma de l’Enseignement pré-universitaire.

Il a fallu attendre jusqu’au mercredi 14 janvier dernier pour programmer la rentrée scolaire et universitaire le 19 ; soit 4 jours après, au moment où plusieurs citoyens s’accordaient à connaître une année blanche pour leur pays. Et d’autres qui pensaient le contraire, se lamentent tout de même de la conjoncture galopante qui minent leurs foyers respectifs. Ibrahima Kourouma en est conscient et insiste sur les mobiles qui ont prévalu à cette décision.

‘‘ C’est vrai que c’est dur. Beaucoup de personnes se plaignent qu’on aurait dû attendre la fin du mois. Mais il faut que les gens comprennent que notre souci est de faire en sorte que nos enfants aient des diplômes valables et reconnus sur l’échiquier international. Et pour cela, nous sommes obligés de respecter les périodiques. Nous sommes obligés de travailler de sorte qu’un minimum de volumes horaires reconnus sur l’échiquier international, soit réalisé par nos enfants. Hormis cela, ils présenteront des diplômes qui ne seront pas reconnus’’, a-t-il rappelé.

‘‘Voila ce qui nous a amenés à ouvrir les écoles à cette date surtout que nous avons aujourd’hui la possibilité d’avoir dans chacune et au niveau de chacune des salles de classes, des kits de lavages des mains, pour permettre aux enfants d’être sécurisés. On n’avait pas le choix. On n’avait pas besoin d’attendre. On était obligé, pour faire en sorte que les enfants soient sauvés, d’ouvrir les portes de l’école ce 19 janvier’’, a conclu le ministre.

Mady Bangoura, pour VisionGuinee.Info

00224 664 29 48 51/mady.bangoura@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info