Accueil » Politique » Décriée par l’opposition, la CENI brise le silence et se défend

Décriée par l’opposition, la CENI brise le silence et se défend

Les opposants reprochent à la Commission électorale nationale indépendante d’avoir inversé l’ordre d’organisation des élections communales et présidentielle en 2015.  Lors d’une retraite à Kindia, l’institution électorale a annoncé que l’élection présidentielle se tiendra le 11 octobre prochain. Tandis que les communales devront attendre la fin du premier trimestre 2016.

elections-guinee-28-dec-2011Dès sa publication mardi, ce chronogramme électoral a été contesté par les opposants au régime Alpha Condé. Alors que la mouvance n’y trouve aucun inconvénient dans l’ordre d’organisation des élections en Guinée, malgré que la Céni reconnait que toutes les conditions sont réunies pour aller aux communales.

L’organisation de la présidentielle avant les communales est une décision de la Céni, selon Maxime Koivogui, directeur du département de  la Transparence à la Céni qui indique que l’année 2014, avec l’épidémie d’Ebola, a causé une contrainte majeure qui a bloqué l’organisation des élections locales.

‘’En janvier 2015, nous nous sommes trouvés en face de deux élections à organiser dans la même année. Aucune élection n’a été minimisée par rapport à l’autre par la simple volonté des commissaires électoraux’’, se défend M. Koivogui dans les Grandes Gueules.

Il ajoute que seules les lois guinéennes se sont imposées à la Céni, contrairement aux déclarations à la veille de son collègue Etienne Soropogui qui parlait de l’influence d’une main noire sur l’institution électorale.

‘’Au mois de janvier 2015, nous avons remarqué qu’il n’y a pas dans notre pays des dispositions légales ou réglementaires au cas où deux élections se rencontraient dans la même année. Laquelle des deux doit venir avant l’autre’’, nuance le directeur de la Transparence qui estime que la décision d’organisation la présidentielle avant les communales repose sur six articles du Code électoral et neuf autres de la Constitution.

D’ailleurs, précise le commissaire, ‘’la Céni a pour mandat de proposer des dates, il revient au président de la République de fixe la date de l’élection’’, selon le Code électoral. Aussi, note Maxime Koivogui, ‘’la Céni n’a pas mandat de fixer une priorité entre des élections. Elle a en charge l’organisation de toutes les élections et referendum en République de Guinée’’.

‘’Au moment d’établir le chronogramme d’une élection, la Céni a l’obligation de posséder une liste électorale révisée au cours du dernier trimestre de l’année. Donc jusqu’au 21 octobre 2015, c’est la période de la présidentielle en Guinée’’, a clarifié le directeur du département de la Transparence de la Céni.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

About cirey.balde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info