Accueil » Libre opinion » L’opposition dans ses droits, la mouvance pète les plombs

L’opposition dans ses droits, la mouvance pète les plombs

Evidemment, lorsqu’on est en faute, et qu’on se croit à l’abri de tout soupçon, mais que par le concours de circonstances on nous découvre, cela ne plait pas beaucoup.

laye_junior_condeC’est dans un tel état d’âme que se trouvent Laye Junior Condé, Directeur Général de l’Office National du Tourisme, et Malick Sankkon, Directeur Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Le premier est prêt à prendre les armes, et en bon milicien, à empêcher tout départ en dehors des urnes, du président Alpha Condé. « S’il le faut, cela signifierait la fin de la Guinée », affirme-t-il. Le second, en vrai cow-boy, est « prêt à se faire abattre si jamais il se rend chez Cellou Dalein Diallo », qu’il qualifie d’être « anarchiste et fasciste », ainsi que Sidya Touré et Lansana Kouyaté.

L’Office National du Tourisme et la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, sont des départements d’actions publiques. Des départements dans lesquels, les fonctionnaires sont censés être exemplaires dans l’art de la communication. Cependant, s’agissant de Laye Junior Condé et de Malick Sankkon, et s’agissant des déclarations belliqueuses, nous ne devons pas être surpris.

Leur chef et leader, le président Alpha Condé, ne qualifiait-il pas les opposants de chiens, à l’occasion d’une de ses nombreuses sorties publiques ? Quand il a été hué à Kankan par certains manifestants, les réactions du président étaient disproportionnées : « Vous qui criez là, où vous étiez quand j’étais en prison ? Quand on me condamnait à mort, est-ce que vous avez eu le courage de vous battre ? Qui d’entre vous est capable de se battre et d’aller en prison ? »

Laye Junior Condé et Malick Sankkon ont toutes les raisons du monde à s’inquiéter, en faisant usage des propos belliqueux et disproportionnés. Ils pensent, tous les deux, ainsi que leur leader, que l’Etat guinéen leur appartient. Ce qui constitue une grosse erreur de jugement. L’ancien autoritaire Burkinabé, Blaise Compaoré, en sait mieux que quiconque.

Eh bien, comme je l’ai toujours souligné dans mes précédents articles, l’opposition républicaine ne va jamais s’installer au pouvoir par la force. Mais, par la force, s’il le faut, elle a la capacité nécessaire pour faire respecter l’ordre institutionnel de la République de Guinée.

Naby Laye Camara

Bruxelles

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info