Accueil » Société » Une victime de la marche de l’opposition : ‘’la police a tiré sur moi à balle réelle’’

Une victime de la marche de l’opposition : ‘’la police a tiré sur moi à balle réelle’’

Un mort et une trentaine de blessés, selon l’opposition, une dizaine d’après les autorités. Tel est le bilan de la manifestation de l’opposition lundi à Conakry contre l’insécurité. Au centre Mère et Enfant, notre reporter a rencontré l’une des victimes de la répression qui a accepté de raconter son calvaire.

"
Abdoul Gadiry Diallo atteint par balle au niveau de sa jambe

Abdoul Gadiry Diallo atteint par balle au niveau de sa jambe

Agé de 42 ans, Abdoul Gadiry Diallo est marié et père de 2 enfants. Domicilié au quartier Kaporo marché, dans la commune de Ratoma, il s’est retrouvé dans la matinée du lundi 13 avril au mauvais moment et au mauvais endroit.

‘’Je suis sorti de chez moi vers 10h du matin pour me rendre à Bambeto rejoindre les autres manifestants. Au niveau des rails à Kaporo, pendant que j’arrêtais un taxi, un policier s’est dirigé vers moi avec une arme à feu. Quand j’ai tenté de fuir, il a tiré sur ma jambe’’, raconte Abdoul Gadiry Diallo.

‘’Ecroulé au sol, explique-t-il, j’ai entendu son chef lui crier dessus en disant ‘laisse-le, ce n’est pas comme ça qu’il faut agir, allons nous-en’’’. A la question de savoir si la ‘’balle réelle’’, logée dans sa jambe, a été tirée par un policier, notre interlocuteur est ferme là-dessus. ‘’C’était bel et bien un policier. Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de bien voir son visage parce qu’il portait un casque. Quand j’étais couché à même le sol, leur pick-up était garé devant moi’’.

Le ministère de la sécurité a démenti l’information selon laquelle, les éléments de la police ont tiré à balles réelles sur les manifestants, précisant que les différents foyers de violence ont été gérés sans utiliser d’armes à feu conformément aux règles admises en la matière.

Le service de communication du même ministère ajoute que des individus se livrant à des ‘’actes de vandalisme’’ ne peuvent en aucun cas être assimilés à des militants pacifiques exerçant une liberté consacrée par la loi. Mais pour la victime Abdoul Gadiry Diallo, au lieu d’assurer la sécurité des personnes et leurs biens, la police ‘’fatigue les populations à la base’’, pourtant ‘’non concernées’’ par les manifestations de l’opposition, a-t-il conclu.

Sidy BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 628 32 85 65/sidy.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info