Accueil » Politique » Tête-à-tête François Hollande-Alpha Condé : ce que Sidya Touré aurait aimé entendre

Tête-à-tête François Hollande-Alpha Condé : ce que Sidya Touré aurait aimé entendre

Alpha Condé a rejeté tout changement de date de l’élection présidentielle, mercredi 22 avril à Paris, à l’issue d’un entretien avec son homologue François Hollande. A Conakry, Sidya Touré se dit surpris que personne n’ait condamné, jusque-là, l’attitude du président de la République qui, selon le leader de l’UFR, est en train de jouer le rôle de la commission électorale.

sidya toure ufr 18042015‘’Je suis extrêmement surpris. Parce que, la fois dernière quand nous avions signé notre déclaration à Paris, j’ai entendu tout le monde s’égosiller ici pour nous reprocher d’avoir pris nos décisions à Paris’’, a dit l’ancien premier ministre en guise d’introduction.

Pendant ce temps, a déploré Sidya Touré dans les GG, ‘’on attend que le président [Alpha Condé] soit au perron de l’Elysée pour venir parler de la situation de son pays et déclarer clairement qu’il ne veut pas aller de l’avant. Par-là, nous avons compris que la CENI ne jouait pratiquement aucun rôle et que les décisions étaient prises. Je n’ai entendu personne condamner le fait que le président de la République de Guinée réglait les problèmes de la Guinée sur le perron de l’Elysée à Paris’’.

‘’La deuxième chose qui m’a surpris, a-t-il ajouté, est que je ne sais pas si tout le monde a regardé la télévision. Moi, j’ai vu l’entretien d’Alpha Condé avec François Hollande qui était avec au moins six de ses conseillers avec des dossiers devant eux. Et j’ai vu du côté de mon président, tout seul, avec je crois un ambassadeur. Il n’avait pas un bloc-notes. Donc, le problème était de savoir de quoi on devait parler’’.

Aussitôt, a fait remarquer Sidya Touré, ‘’j’ai vu les gens ranger tranquillement leurs dossiers et sortir. Donc, l’objectif de la visite était tout simplement de faire une déclaration, et non pas de travailler avec les Français pour savoir sur quoi nous devons avancer pour aider notre pays sur des dossiers aussi sensibles que nous connaissons’’.

Au même moment, s’étonne M. Touré, ‘’ceux qui ont dénoncé la présence des opposants à Paris le 13 mars dernier sont ceux qui se gaussent aujourd’hui comme quoi la France les soutient. Mais quand il y a des problèmes dans un pays et que vous avez des pays étrangers au vôtre, la seule chose qu’ils peuvent dire, c’est de retourner à la table de dialogue pour trouver une solution. Ils ne vont quad même pas dire continuez de vous battre’’, a indiqué le leader de l’UFR sur les antennes de la radio Espace Fm.

‘’Le fait que l’Elysée dise qu’il faut aller au dialogue ne signifie en aucune manière que la France a pris position dans un tel débat. Ce qu’elle ne se permettrait pas de faire d’ailleurs’’, a conclu Sidya Touré.

Aissatou Diallo pour VisionGuinee.Info

000224 621 82 08 53

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info