Accueil » Politique » Dadis Camara, candidat à la présidentielle : Attention à ne pas réveiller les vieux démons

Dadis Camara, candidat à la présidentielle : Attention à ne pas réveiller les vieux démons

Ce n’est pas un canular. Loin s’en faut. Moussa Dadis Camara, du nom de ce capitaine qui avait pris le pouvoir au lendemain du décès du président Lansana Conté, sera candidat à la présidentielle guinéenne de 2015. Il a été investi par le Parti des Forces patriotiques pour la démocratie et le développement (FPDD). C’est l’intéressé lui-même qui l’a annoncé au cours d’une conférence de presse animée à Ouagadougou, le 11 mai dernier.

"
Dadis Camara, © Burkina 24

Dadis Camara, © Burkina 24

Pour une surprise, c’en est une. Puisque depuis sa mésaventure en décembre 2009 qui avait failli lui coûter la vie, très peu de gens pouvaient parier un kopeck que Dadis Camara reviendrait sur la scène politique, surtout que, sauf erreur de notre part, on lui avait concédé le statut d’ancien chef d’Etat avec les avantages y afférents. Cela dit, quelles peuvent être les conséquences de sa candidature ? On attend de voir.

Car, ce n’est pas exclu que, voyant venir un adversaire de taille, le président Alpha Condé qui a déjà maille à partir avec l’opposition conduite par Cellou Dalein Diallo, exhume l’affaire du massacre du 28 septembre 2009 pour chercher noises à Dadis Camara et le faire ainsi frapper d’indignité électorale. Ce qui pourrait en rajouter à la situation très tendue que vit actuellement la Guinée. En effet, on ne le sait que trop bien : depuis l’annonce faite par les autorités guinéennes d’antéposer la présidentielle aux locales, le pays est sens dessus dessous avec des manifs violentes qui se succèdent les unes aux autres.

L’heure est à la trêve. Et tout le monde croise les doigts, espérant que la rencontre prévue au cours de cette semaine entre le chef de l’Etat Alpha Condé et le leader de l’opposition Cellou Dalein Diallo, permettra de faire avancer les choses, et fera sortir in fine le pays de la spirale de violence dans laquelle il s’est englué.

Dans ce contexte, il faut craindre que l’annonce du retour de Dadis Camara sur la scène politique, ne réveille les vieux démons, surtout dans un pays où les tensions communautaires ont pignon sur rue. C’est pourquoi l’on en vient à se demander si, en tant qu’exilé politique soumis à un devoir de réserve, Dadis Camara avait le droit d’annoncer publiquement sa candidature à une quelconque élection dans son pays ?

Si tel n’est pas le cas, pourquoi les autorités de la transition lui ont-elles permis pareille sortie médiatique, la première d’ailleurs du genre depuis son arrivée au Burkina en janvier 2010 ? Ou bien l’ont-elles laissé faire pour trouver là une raison pour le ramener dans son pays, quand on sait que depuis la chute de Blaise Compaoré, le 31 octobre dernier, Dadis Camara était devenu un colis encombrant pour la transition ? En tout cas, on attend de voir comment réagiront le président Michel Kafando et son équipe.

B.O, dans Le Pays

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info