Accueil » Politique » Reprise du dialogue politique: voici les trois conditions posées par l’opposition

Reprise du dialogue politique: voici les trois conditions posées par l’opposition

Vendredi, au Quartier Général de l’UFDG, s’est tenue une rencontre entre des émissaires du gouvernement et des représentants de l’opposition républicaine. Il s’agissait d’une consultation de l’opposition afin d’aplanir les divergences et favoriser une reprise rapide du dialogue politique.

"

oppositionAu terme de la rencontre à huis clos, le porte-parole de l’opposition a indiqué à la presse qu’il s’agit d’une réunion informelle visant à faciliter l’ouverture prochaine d’un dialogue structuré et sérieux.

Au cours des échanges, souligne Aboubacar Sylla, ‘’nous avons passé en revue tous les obstacles qui empêchent le dialogue de manière à les lever le plus rapidement possible pour que nous nous retrouvions autour de la table et discuter des questions qui nous opposent’’.

Du côté de l’opposition, réaffirme l’ancien ministre de la communication, ‘’nous avons mis en avant certaines conditions que nous estimons nécessaires pour aller à un dialogue constructif’’. La première, énumère-t-il, ‘’c’est l’annulation du calendrier électoral de la CENI prévoyant les élections communales en 2016. La deuxième, c’est le gel momentané des activités de cette institution comme ce fut le cas en 2013 en prélude au dialogue qui s’est tenu à l’époque’’.

Comme troisième condition, rapporte Aboubacar Sylla, ‘’ nous avons évoqué le cas des détenus issus des manifestations qui ont été arrêtés et emprisonnés. Certains sont déjà condamnés, d’autres ne le sont pas encore. Nous avons parlé de leur libération pour que le dialogue puisse se tenir dans les meilleures conditions’’.

En ce qui concerne le fichier électoral, l’opposition a indiqué aux trois émissaires du gouvernement que ce dernier comporte de nos jours de graves anomalies. ‘’Dans certains fiefs, notamment du pouvoir, il y a des enrôlements massifs des mineurs. Nous considérons que le fichier électoral est en phase de tripatouillage et qu’il est entrain d’être un fichier corrompu qui ne peut pas servir à l’organisation d’élections transparentes avec un résultat acceptable par tous’’, a dit Aboubacar Sylla aux hôtes de l’opposition.

Après avoir écouté les revendications de l’opposition, la délégation gouvernementale a promis de rencontrer samedi la mouvance présidentielle. A l’issue de cette rencontre, les conditions de réouverture du dialogue seront définies pour que les deux camps politiques se retrouvent autour de la table, assure-t-on. ‘’Il faut que les guinéens puissent se parler entre eux. C’est très important’’, a souligné le ministre Cheick Sako, président du cadre de dialogue. ‘’Il faut que chacun se respecte et tienne compte de la position de l’autre. Le gouvernement est assez clair dans cette démarche’’.

En réponse, a réagi le porte-parole de l’opposition, ‘’nous espérons qu’il ne s’agit pas cette fois-ci d’une opération de communication mais de l’expression d’une volonté réelle du gouvernement d’aller à un dialogue qui puisse nous sortir par de la situation de crise qui est une menace pour la paix civile dans notre pays et pour la cohésion sociale’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Eh! Cette opposition a toujours des conditions a poser car elle ne pense jamais au bas peuple

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info