Accueil » Société » Insolite : un bébé ‘‘meurt’’ trois fois de suite à Conakry

Insolite : un bébé ‘‘meurt’’ trois fois de suite à Conakry

Le corps soignant vient encore d’exhiber une autre de ses multiples facettes dans des pratiques peu orthodoxes, en déclarant trois fois de suite la mort d’un bébé qui ne l’était pas réellement. L’info insolite est fournie par la maman dudit bébé chez nos confrères de la radio Espace FM, dans sa grande édition de 18H ce dimanche 7 juin.

"

Donka1Le récit s’est passé l’autre semaine entre le centre de santé de Matam et l’hôpital national Donka. Selon Mme Aissatou Diallo, c’était aux environs de minuit qu’elle a été reçue dans les installations de cette première infrastructure sanitaire pour accouchement. Là, tout ne s’est pas passé convenablement, révèle-t-elle. Il lui a été dit après accouchement que son bébé est mort.

‘‘On a pris l’enfant, on l’a remis à la femme qui m’a accompagnée qui l’a tenu dans ses bras. Elle était de passage devant un ventilateur quand le bébé a respiré. Pourtant qu’il avait déjà été déclaré mort. Elle a alors appelé les médecins pour leur dire que le bébé était bien vivant. C’est en ce moment que les médecins nous ont référés à l’hôpital Donka’’, raconte déçue dame Aissatou Diallo.

Elle s’est rendue ensuite à Donka, le plus grand centre hospitalier du pays où une femme a accouché à même le sol en début d’année sous l’indifférence notoire des sages femmes, avant de rendre l’âme peu après. ‘‘Ici, note Mme Diallo, les agents de la Croix Rouge sont venus et ont emballé le bébé dans le sac mortuaire en plastique. Puis, l’ont emmené à la morgue’’.

‘‘Partis pour la préparation du corps de l’enfant à 11H, ils ont trouvé que le bébé respirait encore. Ils sont revenus pour informer mon époux que l’enfant n’était pas mort, sans pour autant nous l’apporter. Ce n’est qu’à 16H ils sont revenus pour nous dire que l’enfant est finalement mort’’.

La pauvre dame dit s’en remettre à la volonté divine et s’abstenir de porter plainte contre qui que ce soit. Cependant, elle déplore la négligence des médecins et le manque criard d’équipements sanitaires.

Mady Bangoura, pour VisionGuinee.Info

00224 29 48 51/mady.bangoura@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info