Accueil » Politique » Présidentielle 2010 : ‘’le soutien de Sidya n’a pas apporté grand-chose à Dalein’’

Présidentielle 2010 : ‘’le soutien de Sidya n’a pas apporté grand-chose à Dalein’’

L’ancien ministre Tibou Kamara s’est exprimé mardi sur la récente sortie médiatique de Sidya Touré qui exclut toute alliance avec Cellou Dalein Diallo au second tour de la présidentielle. Pour lui, l’opposition n’a pas besoin d’une opposition unie, mais a plutôt besoin d’être forte.

"

Sidya DaleinAux dires de Tibou Kamara, les opposants ont le plus besoin d’efficacité que d’unanimité pour mener sa lutte contre le pouvoir central de Conakry. Sur la déclaration de Sidya Touré, l’ancien ministre secrétaire général à la présidence se dit surpris de la réaction de certains acteurs politiques.

‘’On ne fait pas la politique pour un autre, on n’est pas candidat pour un autre. Nous sommes à la veille des campagnes pour des élections dont l’enjeu n’échappe à personne. Il est normal qu’il y ait de tensions entre les différents prétendants au pouvoir et que cela contribue naturellement à exacerber les rivalités entre les différents candidats’’, note-t-il.

Dans les grandes démocraties, explique-t-il, les partis ne font alliance que lorsque les circonstances et les enjeux électoraux le nécessitent. ‘’Chaque parti présente son candidat. En fonction des suffrages recueillis par les uns et les autres, on décide des alliances à faire et avec qui’’.

Pour le cas de la Guinée, précise Tibou Kamara, ‘’c’est tout à fait normal que chaque parti se présente avec son programme de société et que chacun des candidats se présente comme le meilleur de tous. Si Cellou ou Sidya avait crée son parti pour que l’autre soit président, on l’aurait compris. Mais chacun a crée son parti avec ses idées, son projet et avec l’ambition d’être celui qui est mieux placé pour diriger notre pays’’.

L’ancien ministre estime que l’UFDG, la principale force politique de l’opposition, se ‘’brouille dans ses stratégies et ne se retrouve pas dans son identité’’ en cherchant à tout prix l’unité de l’opposition.

‘’En 2010, l’UFR était un parti dont le leader avait un électorat bien précis et qui semblait écouter et respecter ses consignes. Mais au finish, le soutien de Sidya n’a pas apporté grand-chose à Cellou dans le cadre de l’alliance qu’il a conclu avec lui. Depuis cette date, il y a eu une recomposition du paysage politique’’, analyse-t-il.

La raison est simple, assure Tibou Kamara qui indique que l’électeur guinéen est un homme autonome qui n’obéit à aucune consigne de vote. ‘’Partout en Guinée, l’électeur peut voter à gauche au premier tour, et voter à droite au deuxième tour, selon son intime conviction. On n’est plus dans l’esprit d’orienter les électeurs dans leur choix’’.

En somme, conclut-il, ‘’qu’il y ait alliance ou non, consigne de vote ou pas, les électeurs voteront avec leur intime conviction. Mieux encore que quelqu’un dise qu’il soutient ou pas un autre [candidat], je ne vois pas en quoi cela peut une source de préoccupation pour le parti’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info