Accueil » Politique » Alliance entre Dalein et Dadis : le mariage de la carpe et du lapin

Alliance entre Dalein et Dadis : le mariage de la carpe et du lapin

On se serait cru dans le labyrinthe de Dédale à l’annonce de l’alliance politique entre Cellou Dalein Diallo, leader de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) et  Moussa Dadis Camara des FPDD (Forces patriotiques pour la démocratie et le développement).

"

Dadis DaleinCar, on est face à une alliance des plus surprenantes dans la mesure où  le 28 septembre 2009,  la junte militaire alors au pouvoir  et dirigée par Dadis Camara, avait réprimé dans le sang une manifestation de l’opposition. Près de 150 personnes y avaient perdu la vie, de nombreuses femmes ont été violées, sans compter les nombreux blessés. Légitimement, on peut se demander ce qui a bien pu rapprocher la victime de son bourreau.

Il s’agit sans doute de contraindre le  professeur Alpha Condé à lâcher du lest

Il y a déjà le fait que les deux contractants ont en commun leur appartenance à la Guinée forestière dont l’importance électorale n’est plus à démontrer. Ce deal pourrait faire mouche. Un raz-de-marée électoral des deux compères dans leur fief électoral constituerait, à n’en point douter, la plus importante étape dans la marche vers le palais de  Conakry.

Du point de vue de la stratégie politique, cette alliance est l’opérationnalisation du « tout sauf  Alpha Condé en 2015 » qui se met en place. Il s’agit sans doute, en raison des soutiens dont Dadis Camara bénéficie toujours dans l’armée et de sa popularité encore bien réelle, de contraindre le  professeur Alpha Condé à lâcher du lest. L’annonce de cette alliance intervient, en effet, au moment où l’opposition guinéenne mène des négociations difficiles avec le pouvoir autour du calendrier électoral. Et l’arrivée de Moussa Dadis Camara pourrait sonner comme un renfort ou tout au moins s’apparenter à du sang neuf.

Mais il y a aussi, dans cette alliance négociée loin des regards indiscrets de Conakry, entre le chef de file de l’opposition et l’ex-chef de la junte dans les salons huppés de Ouaga 2000, des intérêts personnels. Et c’est en cela que ce rapprochement a les relents d’un deal.

Pour Cellou Dalein Diallo, en s’alliant à Moussa Dadis Camara, il fissure la coalition « tout sauf un Peulh au pouvoir » qui l’avait empêché de conquérir le fauteuil présidentiel en 2010. Mieux, il se pare des attributs de l’homme providentiel capable d’unir le peuple guinéen autour de la construction nationale. En mettant sous l’escabeau les 150 victimes de la répression sanglante de 2009 dont une centaine serait les militants de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo se fait l’artisan de la réconciliation nationale, prêt à solder les comptes avec l’histoire pour aller de l’avant.

Pour Moussa Dadis Camara, il s’ouvre le boulevard de la scène politique dont il a été tenu éloigné depuis les évènements de 2009 qui l’ont perclus dans son exil doré de Ouagadougou. A l’annonce de sa candidature, d’aucuns l’avaient pris pour un plaisantin, mais il se retrouve à jouer un rôle inattendu mais tout à fait intéressant dans le processus de recomposition de l’establishment politique guinéen. Mieux, en cas de victoire de la nouvelle coalition, il pourrait avoir le sommeil tranquille, convaincu qu’il bénéficiera d’une impunité assurée.

Dalein Diallo pourrait perdre son capital de sympathie

Mais ce deal entre politiciens est tout de même choquant, confortant l’idée selon laquelle la politique en Afrique est sans éthique et les populations sont le plus souvent prises au piège des intérêts de leurs leaders. En dernier ressort, c’est le peuple guinéen qui est la victime de cette alliance contre-nature, pris entre l’étau d’un président qui a trahi les attentes des électeurs en installant le marasme dans le pays et en mettant le plus d’entraves possibles dans les aspirations démocratiques de son peuple, et d’une opposition qui « deale» dans son dos. Et c’est en cela que cette alliance peut, contre les attentes des nouveaux partenaires, s’avérer tout à fait contreproductive.

Cellou Dalein Diallo pourrait, en effet, perdre son capital de sympathie en marchant sur les cadavres de ses militants tombés sous les balles assassines de la junte de Dadis Camara, même s’il est vrai que la culpabilité de ce dernier n’a pas encore été prouvée. Ses adversaires politiques n’ont d’ailleurs  pas attendu longtemps avant de s’engouffrer dans la brèche, le taxant d’avoir vendu son âme en pactisant avec le diable.

En ouvrant grands les bras à Moussa Dadis Camara, le chef de file de l’opposition prend aussi le risque de se mettre à dos une opinion nationale et internationale de plus en plus opposée à l’intrusion de la soldatesque dans la gestion du pouvoir d’Etat, et ceci est particulièrement vrai dans un contexte national guinéen où l’arène politique est déjà très violente.

Quant à Moussa Dadis Camara, il pourrait aussi être victime de ce pacte. Car, en s’alliant à l’adversaire le plus coriace de Condé encore au pouvoir, ne court-il pas le risque de hâter ses ennuis  judicaires ? Il pourrait tout aussi bien être le dindon de la farce, en servant de marchepied à Dalein Diallo dans son ascension vers  le pouvoir et être mis aussitôt après à l’écart comme le mouton noir de la bergerie. De son rôle de marchepied, il pourrait se retrouver dans celui de l’essuie-pieds.

Mais qui connaît les mystères des arcanes de la politique ? Car rien ne nous dit aussi que Dalein Diallo ne s’est pas précipité pour devancer Condé à Ouaga !

In Le Pays

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Qu’elle analyse pertinente! Mais je vous rappelle qu’en Afrique tous les jeux sont possibles pour accéder aux pouvoir et une fois au pouvoir si la promesse n’est pas tenue,un autre jeu te dégage.Pourquoi porter trop d’attention sur le cas guinéen alors qu’ailleurs il ya eu pire. Par exemples : au Togo, Faure est venu au pouvoir après plus de 400 morts et beaucoup de réfugiés togolais,en Cote d’Ivoire Gbagbo est venu au pouvoir après un jeu mais il s’en est partit jusqu’à la CPI par ce qu’il n’a pas respecté les clauses du jeu,quant à Ouatara,il est venu au pouvoir en passant par la rébellion avec plus de 3000 morts,beaucoup de réfugiés,des blessés mais aucun de ses hommes n’est inquiété à ce jour; pire en Égypte le Président actuel militaire de son état est venu au pouvoir en chassant le Président démocratiquement élu et en tuant plus de 3100 de ses partisans; en Guinée on sait comment Alpha est venu au pouvoir,pour rappel,il a fallu crée le 28 Septembre,avec les service de son jumeau Bernard K.,des inconnus armés (logés à l’époque au Novotel)) ont massacré plus de 150 opposants,ensuite préparé tomba pour éliminer ce Jeune Patriote Capitaine Dadis qui par la grâce de Dieu a survécu pour que le peuple soit édifié afin de prendre en main son destin le moment venu. C’est ca la démocratie africaine,c’est l’occident qui décide et son arme crée et entretenu c’est la CPI.Réveilles toi l’Afrique !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info