Accueil » Politique » Dialogue politique ou le spectacle de bagarre fanfaronne

Dialogue politique ou le spectacle de bagarre fanfaronne

L’intelligentsia politique a habitué le peuple de Guinée aux empoignades théoriques. Les protagonistes de toujours sont entrain de dérouler élégamment leurs conceptions du dialogue interguinéen. Le camp qui en a fait sa coutume, se prépare à se faire avoir avec l’assistance technique de son adversaire et sous l’admiration hébétée de la communauté internationale.

"

dialogue poTous deux donnent l’impression de se soupeser à la recherche d’on ne sait quels points faibles respectifs vers lesquels se ferait l’échange réciproque et probable des coups fatals en préparation. Les spectateurs, eux, cherchent à savoir qui des deux est entrain de « faire contre mauvaise fortune bon cœur ». La scène est trop semblable à « du déjà vu » pour donner envie au peuple de vivre le spectacle ou les spectacles.

Apparemment il y aura deux spectacles. L’un a déjà commencé pour donner à son acteur la longueur d’avance habituelle ; l’autre vient de démarrer cahin-caha dès que sa troupe s’est sentie obligée de livrer ses acteurs, pieds et mains liés, à la fois aux spectateurs de tous horizons et à son adversaire. En attendant toutes les actions visibles au sommet de l’iceberg, semblent inscrire les rencontres dans les échecs à répétition afin de continuer à fonctionner en ennemis irréconciliables et dans la lenteur, faute d’arguments pour une négociation hardie et responsable.

En effet, les entourages des chefs de mouvances ont pris le temps de bien préparer le dialogue mais n’ont vraisemblablement pas accordé assez de minutie à la préparation des arguments du dialogue.

D’un côté comme de l’autre, on n’est guère pressé. On s’en fout quelque part des délais électoraux ! On se contente de citer des points de friction chez l’une des mouvances alors que chez l’autre, on s’emploie à ne rien dire de consistant pour esquiver les engagements qui, plus tard, risquent de servir d’arguments à la défensive éternelle de la mouvance adverse. Du moins, on préfère agir pour que cet adversaire politicien soit, le moment venu et comme d’habitude, devant le fait accompli sinon devant la kyrielle de faits accomplis.

Dans chacun des camps on a l’art et le goût du monologue. Dialoguer est donc très douloureux ! Cette attitude partagée n’est pas si gênante pour l’un d’eux car, depuis le début des empoignades, elle lui a toujours porté bonheur. Le camp adverse a toujours été témoin qu’il en est ainsi mais préfère garder sa manière de faire pour ne pas être vilain devant les témoins de l’intérieur et de l’extérieur.

Ainsi va l’actualité du dialogue politique guinéen. A bien y regarder, on a l’impression qu’il y a une mouvance qui, d’autorité, s’autorise les délais moratoires qui lui conviennent et se donne le loisir d’accélérer la bataille dès qu’elle se sent capable d’administrer des vertiges à l’autre mouvance éternellement rivée sur la remobilisation de ses énergies politiques.

Les tours se jouent dans une générosité déconcertante. Alors qu’une partie prenante déclare avoir tout donné, l’autre jure d’avoir tout concédé. Tout d’un coup, celle-ci finit par se convaincre n’avoir rien reçu et soudain quitte le champ de bataille au nom de la sincérité et de la désillusion politiques. Elle vient juste de se rendre compte que ce dialogue « n’en est pas un ! ». Elle préfère démissionner. Or, « la plus grande erreur, c’est démissionner » avait prévenu un visionnaire.

A l’opposé, le constat est clair : on ne sait pas ce que veut l’autre partie. On doute de la bienveillance ou plus précisément on redoute les intentions profondes de cet adversaire trop tatillon. Celui-ci a dû prendre ses désirs pour des réalités ; en tout cas ses revendications ne sont pas comprises de ce côté-ci surtout chez le porte-parole en chef de cette mouvance foncièrement tranquille et exhibitionniste. Ici

les propositions qui consistent à intervertir les étapes du calendrier et réformer l’outil électoral relèveraient de la comédie politique. Si c’est ça que réclame le camp adverse, c’est catégoriquement non ! À moitié ! Faute d’interlocuteur pour essuyer le refus, on se contente de l’afficher au grand dam de l’opinion nationale et internationale réduite à témoigner que le dialogue est de nouveau rompu. Est-ce qu’il avait commencé ? Les observateurs qui se plaignaient déjà de l’absence totale de celui qui a eu le mandat de le conduire, se donnent le droit et le devoir de se poser et poser cette question.

L’arbitre délégué est, quant à lui, content de ce genre d’empoignade. Ainsi son équipe n’a rien à faire dans ce domaine et peut revenir dans le train-train quotidien poursuivre, la lecture en diagonale des dossiers de développement du pays. Là elle est certainement plus à l’aise et plus rentable. Ainsi, l’encadreur direct du dialogue semblait jubiler de cette libération et s’est permis de saluer le maître d’œuvre du blocage en trouvant très fondé l’argument de sa décision liée à l’infidélité de ses « délégués » au « machin » électoral. Il l’a dit devant le monde entier comme si dans la même position que ce groupe politique, il ferait la même chose. Il a voulu tout simplement rendre justice en toute équité et en ses qualités et rang officiels.

Ne vous en faites pas, Guinéens ! Les uns se sont fâchés et ont quitté la salle mais n’ont pas renoncé au dialogue et semblent même demander plus de dialogue. Les autres ont, de leur côté, le temps d’aller consulter qui de droit pour revenir dans la salle plus ragaillardis et mieux assurés de respecter les consignes. Les prochaines étapes du dialogue interguinéen ne tarderont pas à s’annoncer avec plus de choses édifiantes sur l’intelligentsia guinéenne. Entre autres, ce dialogue risque de s’établir une fois pour toutes en dialogue de sourds et contribuer à donner au concept une définition malheureusement originale et définitivement biaisée.

Lamarana Diallo

le Pop

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info