Accueil » Politique » Inculpé, Dadis face aux fantômes des victimes du 28 septembre

Inculpé, Dadis face aux fantômes des victimes du 28 septembre

Après avoir été auditionné par deux juges d’instruction et un procureur guinéens, à Ouagadougou où il est exilé depuis bientôt six ans, l’ex-chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara, a été inculpé le mercredi 8 juillet 2015, dans l’affaire des massacres du 28 septembre 2009 au stade éponyme à Conakry. Il se retrouve ainsi face aux fantômes des victimes de cette date fatidique de l’histoire de la Guinée.

"
Dadis et Dalein

Dadis et Dalein

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette inculpation n’est pas véritablement une surprise. Elle était même prévisible. Surtout, depuis que l’exilé de Ouagadougou est sorti du bois pour annoncer sa volonté de briguer la magistrature suprême à la présidentielle d’octobre prochain, dans son pays.

Toutefois, il y a lieu de croire que moins que l’annonce de cette candidature, c’est son alliance avec le principal opposant au régime actuel, Cellou Dalein Diallo, qui lui vaut ces ennuis judiciaires, avec l’accélération du traitement de son dossier au niveau du parquet de Conakry.

En tout cas, Alpha Condé étant candidat à sa propre succession, ne voit pas d’un bon œil une telle alliance qui pourrait lui causer de sérieuses insomnies en rapport avec la présidentielle à venir. Et quand on se rappelle la manière et les conditions dans lesquelles il a triomphé de son challenger lors de la précédente élection, il est clair que la partie n’est pas gagnée d’avance pour lui et qu’il a besoin d’avoir le maximum de cartes en mains pour rempiler. C’est pourquoi l’on peut dire que Dadis Camara a lui-même travaillé à se mettre dans cette situation. Car, il savait bien qu’il était attendu au tournant et que la décision de sa candidature et de son retour au bercail, n’était pas sans risque.

Cela dit, il est heureux que cette affaire connaisse un tel rebondissement. D’autant plus que l’inculpé lui-même a maintes fois manifesté la volonté de s’expliquer devant la Justice de son pays. Même si l’on comprend difficilement qu’il n’ait pas pris les devants pour se mettre lui-même à la disposition de celle-ci. Il faut espérer qu’avec l’inculpation d’un acteur majeur comme Moussa Dadis Camara, chef suprême des armées et chef de l’Etat à l’époque des faits, ce dossier connaisse enfin une évolution significative qui puisse permettre la manifestation de la vérité, afin de situer les responsabilités et rendre justice aux familles des victimes. Car, il s’agit là d’un spectacle horripilant, d’une grande tuerie que l’histoire retiendra et qui ne saurait passer par pertes et profits ; des faits extrêmement graves, où il y a eu mort d’hommes dans des conditions affreuses et atteintes à l’intégrité physique et à la dignité de personnes, dans l’exercice de leur droit. Au-delà, il faut souhaiter que cela serve de leçon à tous ces politiciens sur le continent, prêts à tout pour assouvir leurs ambitions personnelles. Tôt ou tard, chacun devra répondre de ses actes.

La justice guinéenne saura-t-elle relever le défi de ce procès ?

En tout état de cause, nul ne devrait pouvoir se réfugier derrière la politique pour espérer échapper à la justice. Pour le cas de la Guinée, nul besoin de crier à la cabale, même s’il saute aux yeux que la main du politique  se profile derrière ce nouveau rebondissement. Car, de toute évidence, Alpha Condé ne s’embarrasserait pas de scrupules pour se débarrasser d’un adversaire potentiel à la course pour la conquête du fauteuil présidentiel, qui l’avait soutenu et lui tourne aujourd’hui le dos pour son challenger.

De son côté, en s’alliant à son bourreau d’hier, Cellou Dalein Diallo se met lui-aussi dans une position qui pourrait lui être hautement préjudiciable. Car, si politiquement, son geste peut être compréhensible car visant à s’attirer l’électorat de son allié, sur le plan humain, il n’est pas évident que certains de ses partisans acceptent d’avaler cette pilule amère. Aussi pourrait-on se demander si l’opposant guinéen ne file pas en ce moment du mauvais coton, surtout avec l’évolution que vient de connaître cette affaire, à quelques encablures seulement du scrutin présidentiel.

Cela dit, la Justice guinéenne saura-t-elle relever le défi de ce procès pour étancher la soif de vérité et de justice des Guinéens ? On attend de voir. Toutefois, le fait que cette inculpation intervient à la veille pratiquement des élections et au lendemain de l’annonce de l’alliance Dadis-Dalein, laisse quelque peu dubitatif sur l’indépendance de la Justice dans la conduite de cette affaire. Surtout qu’à Conakry, circulent sans être inquiétés, certains acteurs majeurs de ces événements dont le président Condé s’est même accommodé, depuis son accession à la tête de l’Etat.

Cela dit, maintenant que Dadis est inculpé, faut-il s’attendre à une demande d’extradition de l’ex-chef de la junte guinéenne dans les prochains jours ? La Justice guinéenne ira-t-elle aussi chercher Toumba Diakité, l’autre acteur majeur de ces événements douloureux et sanglants ? Wait and see.

Outélé KEITA, dans Le Pays

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. De toutes les façons, ce crime contre l’humanité doit être puni. Les coupables à leur tête Dadis Camara doivent passer de leur retraite dorée à la prison.

  2. Cellou Dalein et Dadis Camara seraient-ils incompatible? Il n’est absolument pas du tout exagéré de répondre par Oui. Car c’est la deuxième fois que ce Cellou Dalein Diallo fait chuter Moussa Dadis Camara. Le 28 septembre 2009 c’est Cellou qui avait appeler ses partisans à manifester contre Dadis, on connaît la suite. Cette fois encore il est allé manipuler Dadis pour lui pousser à la faute et lui remonter contre le président, en lui disant qu’il va le défendre dès que les ennuis contre lui (Dadis) commencent, alors qu’il savait pertinemment que ce n’était pas ni une bonne idée ni le moment, son objectif était de créer la zizanie entre le président Alpha Condé et Dadis en suite profiter de ce chao, tout ce qui l’intéressait était de créer les tensions aux forêts pour tirer les ficelles. Dans cette alliance « piégée » il n’avait besoin que les votes de partisans de Dadis. Même si Cellou avait réussi ce coup par la suite il allait fini par trahir Dadis en le livrant à la CPI. Et nous savons certainement que, si c’est lui qui était à la place d’Alpha Condé ça trouvera qu’il a livré Dadis depuis longtemps. Dans cette alliance de dupe, Cellou Dalein avait une idée derrière la tête, gardée en lui comme un secret, il allait certainement lâcher Dadis dès que son objectif serait atteint.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info