Accueil » Politique » Excès et crimes commis par les forces de l’ordre : la réaction officielle du gouvernement

Excès et crimes commis par les forces de l’ordre : la réaction officielle du gouvernement

Dans un rapport publié par Human Rights Watch, l’ONG américaine dénonce les excès et crimes commis par les forces de sécurité en Guinée durant les manifestations politiques de l’opposition. Elle note que certains membres des forces de sécurité ont fait usage d’une force létale excessive, ont adopté des comportements abusifs et ont affiché un manque de neutralité politique lorsqu’ils sont intervenus dans des manifestations en avril et mai 2015, organisées par l’opposition en raison des élections.

"

police-anti-emeute_guineeCe rapport nous rappelle à nos obligations de part et d’autres, a réagi vendredi le porte-parole du gouvernement, qui estime qu’il s’agit de constats faits sur la base de témoignages de part et d’autres. ‘’Nous avons toujours partagé et exprimé l’extrême difficulté qu’il y a à maintenir l’ordre en Guinée. C’est pourquoi d’ailleurs à chaque fois qu’on parle de manifestation de l’opposition, nous sommes très inquiet eu égard au lourd héritage des forces de sécurité’’, a déclaré le ministre Damantang Albert Camara, dans l’émission Face à l’info.

Il assure que le gouvernement partage les inquiétudes exprimées par Human Rights Watch dans son rapport. La preuve, souligne-t-il, ‘’chaque fois que nous avons eu à intervenir sur ce qui c’est passé au lendemain des manifestations, nous avons toujours dit que nous n’excluons aucune hypothèse de dérives ou de bavures mais que les circonstances dans lesquelles elles se passaient nous mettaient dans les difficultés d’en déterminer les responsables’’.

Mais, évoque le ministre Damantang, ‘’dans ce même rapport, il ressort une très grande attention sur l’extrême violence des manifestants qui sont aussi à la base de plusieurs exactions et qui rendent difficile cette transition vers un Etat de droit’’. Cependant, précise-t-il, ‘’nous avons un ministre des droits de l’homme qui n’a pas attendu ce rapport pour dénoncer un certains nombre de dérives. Ça veut dire que le gouvernement se donne les moyens de ne pas être aveugle sur ces questions et souhaite pouvoir y remédier’’.

Pour le porte-parole du gouvernement, ‘’il serait illusoire de croire que cela relève exclusivement de la responsabilité du gouvernement’’. Certes, reconnait-il, ‘’en terme de responsabilités, nous sommes aux affaires et c’est à nous de régler ce type de questions. Mais si on croit que c’est uniquement le rôle de l’Etat et que la société civile, les partis d’opposition n’ont rien à jouer, ce serait se tromper’’.

Sidy BAH, pour VisionGuinee.Info

00224 628 32 85 65/sidy.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info