Accueil » Société » La ville n’est pas aussi morte que ça

La ville n’est pas aussi morte que ça

L’Union des forces démocratiques de Guinée a appelé ses militants à faire de ce mercredi une journée ville morte dans la capitale en guise de soutien au député Ousmane Gaoual Diallo, incarcéré à la Maison centrale de Conakry. Le mot d’ordre du principal parti de l’opposition a été suivi par endroit à Conakry. 

"

MadinaDans la haute banlieue, certains habitants sont restés chez eux. Quelques rares boutiques et magasins ont ouvert à Enco 5 et Cosa. A Koloma, on compte sur le bout des doigts les marchands assis devant leurs étages. On note également l’absence des forces de l’ordre sur les lieux, contrairement aux autres opérations de ville morte.

Au marché de Madina, le plus grand du pays, les commençants ont vaqué à leurs occupations habituelles, comme si de rien n’était.  Rencontré devant son magasin, Mamadou Aliou Diallo affirme qu’il ne soutient pas l’idée d’une vielle morte dans la mesure où tous les députés de l’UFDG refusent d’accompagner Ousmane Gaoual en prison.

“Je suis un fervent militant de l’UFDG, mais au lieu de demander une journée ville morte pour soutenir Ousmane Gaoual, j’aurais préféré que les députés de l’UFDG accompagnent Gaoual en prison. C’est la meilleure manière de le soutenir puisqu’il n’a pas tué un être humain”, a affirmé M. Diallo qui se dit inquiet du sort de son député.

“Si Dr. Oussou Fofana veut réellement soutenir Ousmane Gaoual, il doit se constituer en prisonnier et aller en prison comme il l’a fait à Kindia. Ousmane Gaoual n’est pas un criminel, c’est vrai que je condamne ce qu’il a fait mais c’est n’est pas la manière de le traiter”, ajoute-t-il.

Madina 2De l’autre bout du marché, on a rencontré Ibrahima Bah, vendeur. Il soutient que les responsables de l’UFDG devraient se lever comme un seul homme pour combattre l’‘’injustice’’ que subit le député Ousmane Gaoual Diallo. Selon notre interlocuteur, “le gouvernement d’Alpha Condé veut tout faire pour anéantir l’UFDG”.

Mariam Camara,  étalagiste au Marché du changement plus connu sous le nom Avaria, confie à notre reporter que les politiciens ne font qu’utiliser la population à leur guise. “Je ne peux pas rester à la maison, puisque j’ai des enfants à nourrir. Ces politiciens n’ont pas pitié de la population. Tu vas te battre pour eux et une fois au pouvoir ils te tournent le dos”, explique-t-elle.

Aissatou Diallo pour VisionGuinee.Info

00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info