Accueil » Politique » ‘’A l’époque, je ne voulais pas faire de la politique’’, confie Marie Madeleine Dioubaté

‘’A l’époque, je ne voulais pas faire de la politique’’, confie Marie Madeleine Dioubaté

MARIE MADELAINE 5(1)_GFJe suis venue pour des projets de développement. C’est le fait d’avoir été confrontée à l’administration des différents appareils de l’Etat qui m’a beaucoup choqué. On parle d’autosuffisance alimentaire, je suis venu avec des projets agricoles, avec des machines mais a un moment donné on a stoppé tous nos projets‘’.

"

Ces propos sont de la candidate du Parti des Ecologistes de Guinée (PEG), unique femme en course pour le fauteuil présidentiel. ‘’J’ai apporté une réponse concrète à Sotelgui en envoyant des investisseurs qui étaient prêts à payer toutes les dettes de la Sotelgui également pour la fibre optique sans prendre part dans la Sotelgui‘’, explique-t-elle dans les Grandes gueules.

Et de poursuivre : ‘’La seule chose qu’ils voulaient, c’était une licence de téléphonie mobile pour la 4G, qu’ils ont d’ailleurs mais qui ne peut pas fonctionner par manque d’infrastructures’’.

A l’en croire, ces investisseurs étaient prêts à construire ces infrastructures en Guinée. En contrepartie, ils attendaient que l’Etat leur laisse la possibilité de créer cette société d’infrastructures. Mieux, défend-elle, ‘’ils auraient donné 15% à l’Etat sans apport mais ça n’a pas marché‘’.

‘’Donc, c’est un ras bol. J’ai pris conscience qu’à un moment. On ne pouvait pas laisser certaines personnes décider de l’avenir de tout le monde ‘’, estime Marie Madeleine Dioubaté.

Son engagement en politique n’est fortuit, à l’en croire. ‘’A l’époque, je ne voulais pas faire de la politique (…). Quand on arrête des projets qui concernent de milliers de personnes et que ça s’arrête à des problèmes de personnes, je ne parlerai pas de frustration mais d’engagement ‘’, confie-t-elle.

Aux dires de la candidate du PEG, ‘’la Guinée a besoin d’être gouvernée comme une entreprise et je pense que chacun doit prendre ses responsabilités qu’on soit de la mouvance ou de l’opposition. Voir projet par projet qu’est-ce qu’on peut faire pour le développement de ce pays aussi pour la jeunesse qui n’a pas de travail et qui aspirent à l’exil que je trouve choquant‘’.

Djiwo Barry, pour VisionGuinee.Info

00224 621 85 28 75/djiwo.barry@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info