Accueil » Politique » Bisbilles au sein de l’UFDG : ‘’Il fallait s’y attendre’’, selon Tibou Kamara

Bisbilles au sein de l’UFDG : ‘’Il fallait s’y attendre’’, selon Tibou Kamara

bah oury daleinAprès l’échec de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée à l’élection présidentielle du 11 octobre dernier, le parti connait une crise interne. Récemment deux responsables du parti ont été sanctionnés par le président Cellou Dalein. Mais selon Tibou Kamara, ‘’c’est tout à fait normal’’ que le principal parti politique d’opposition traverse une telle crise.

"

‘’Il fallait s’y attendre. Chaque fois qu’un parti après des élections connait un échec, il est évident qu’il y ait des remous, débats autour de la question du leadership du pourquoi et du comment de la défaite du parti‘’, estime l’ancien ministre secrétaire général à la Présidence.

Mais, précise Tibou Kamara, ‘’cela devrait se faire dans la discipline en respectant l’autorité de la direction qui a été mise en place à la faveur d’un congrès par le peuple militant du parti, en tenant compte des intérêts du parti‘’.

Car note-t-il, ‘’il n’y a pas de possibilité de créer un désordre ou de créer une scission dans un parti légalement constitué et dont la direction a reçu mandat des militants à la faveur d’un congrès en bonne et due forme‘’.

Le ministre Kamara souligne que : ‘’La critique est autorisée dans tous les partis politiques au monde, il y a des courant d’opinions, mais lorsqu’il s’agit surtout des responsables cela devraient se faire dans l’ordre et la discipline. Si on s’écarte des principes et des règles de fonctionnement du parti, il est évident comme c’est prévu dans les statuts on s’expose à des sanctions disciplinaires ‘’.

Au moment où l’UFDG traverse une crise  interne, conseille-t-il, ‘’il faut que la liberté que chacun doit exercer dans le cadre du fonctionnement du parti s’accompagne d’un sens très élevé du devoir de responsabilités qui fixe et limite à ne pas franchir dans la critique et la liberté individuelle pour l’intérêt collectif‘’.

Après l’échec de Cellou Dalein Diallo à la présidentielle du 11 octobre, Tibou Kamara indique qu’un débat doit se faire, mais seulement dans ‘’l’intérêt du parti et dans le respect de l’autorité de la direction et de la légitimité du président actuel du parti‘’.

Djiwo Barry, pour VisionGuinee.Info

00224 621 85 28 75/djiwo.barry@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

3 comments

  1. Alpha le pion de la Françafrique

    BAH Oury fait tout pour détruire le parti qu’il prêtant avoir fondé. Quelle égoïsme !

  2. ne cherchez pas à defendre qui que ça soit il faut mettre en avant l’intérêt du parti.Mais si on décide à prendre position en crtiquant l’un ou l’autre sans pourtant reflechir et trouver des solutions précises pourque la lutte soit poursuivue et un jour nos veous s’exercent franchement on va tous perdre

  3. Personnellement j’aimerait bien comme la bien mentionné Tibou voir j’aillir de ce bras de fer un précédent pour toute la classe politique guineenne. En effet la nomenclature de nos organisations politique ressemble plutôt à des structures privée ou seul la première personnalité compte. Je ne suis ni pour l’un ou l’autre, il faudra saisir la justice guineenne (oh bon Dieu, donner de la responsabilité à des irresponsables) afin qu’il nous situé sur l’état du droit à ce propos. Mais avant tout je pense que Bah Oury devrait réglé sà propre situation avant d’entreprendre ce qu’il croit en toute légitimité lui revenir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info