Accueil » Société » Arrestation de Sékouba Konaté aux Etats-Unis: un destin qui se brise

Arrestation de Sékouba Konaté aux Etats-Unis: un destin qui se brise

Guinean Brigadier General and PresidentL’ancien président de la Transition guinéenne, le Général Sékouba Konaté, a été inculpé le 3 décembre dernier par la justice américaine pour « contrebande d’espèces et fausses déclarations », après avoir tenté de dissimuler plusieurs dizaines de milliers de dollars lors de son débarquement en juin 2015 à l’aéroport international de Dulles à Washington, en provenance d’Addis-Abeba.

C’est exactement la rondelette somme de 64 000 dollars US que les douaniers américains ont découverts dans les valises de celui que des laudateurs avaient surnommé « le Tigre » pour sa vaillance au combat contre les rebelles sierra-léonais et libériens au début des années 2000, alors qu’il avait déclaré en détenir seulement 10 000. Cette fausse déclaration est donc en elle-même un délit et vient compliquer davantage la situation du Général Konaté, qui avait, à dessein et fort opportunément, omis de signaler la présence dans ses valises de la somme, objet de la controverse. Ignorant certainement que contrairement aux républiques bananières d’Afrique, les Etats Unis ne font pas dans la dentelle quand il s’agit de maux comme la corruption, le trafic d’influence en tous genres.

L’ex-commandant des Rangers de Macenta a d’abord tenté de s’opposer à la fouille en tentant d’intimider les gabelous, avant de brandir une supposée immunité que lui confèrent ses fonctions actuelles de Haut représentant de l’Union africaine pour l’opérationnalisation de la force en attente. Ensuite, il a feint d’ignorer l’existence de l’obligation déclarative devant l’administration des douanes américaines, des sommes, titres et valeurs transportés par une personne physique afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas de blanchiment de capitaux provenant de trafics illicites.

Pourquoi alors a-t-il avoué détenir 10 000 dollars ? En vérité, le Général Konaté  a voulu ruser avec les services américains de contrôle, mais mal lui en a pris, puisqu’on lui a fait comprendre que ses « nègreries » peuvent lui valoir 5 ans derrière les barreaux. Il ne lui restait donc plus, pour sauver les meubles, qu’à battre sa coulpe en reconnaissant les faits de contrebande de devises, en espérant une peine plus clémente à l’issue de son procès prévu pour février 2016.

Les faits qui lui sont reprochés sont déshonorants pour un homme de sa trempe

Cette affaire, somme toute banale et même anecdotique dans un pays comme les Etats Unis a surpris, voire indigné les Africains à cause du statut et du passé de l’inculpé. Car, Sékouba Konaté avait marqué les esprits dans sa Guinée natale et partout en Afrique quand il a pris les rênes du pays en décembre 2009 après que son prédécesseur et compagnon d’armes, le volcanique Moussa Dadis Camara, fut évacué d’urgence au Maroc suite à ses graves blessures dans la tentative d’assassinat dont il a été victime. Quand il a remplacé ce dernier à la tête du pays, le taiseux et taciturne Konaté avait fait des déclarations et posé des actes qui avaient convaincu ses compatriotes de son honnêteté et de la transparence de sa gestion; toutes choses qui tranchent avec les connexions mafieuses  de bon nombre de dirigeants africains.

Comment un homme aussi respecté, pour ne pas dire adulé pour avoir permis à la Guinée de renouer avec la démocratie après plusieurs décennies de passage à vide, a-t-il pu se laisser tenter par une contrebande sur le sol américain ? Avait-il peur que cette forte somme d’argent, toutes proportions gardées, ne suscite la curiosité des services américains et ne révèle, in fine, des pratiques pas du tout orthodoxes ?

Certes, on assiste, depuis que les médias ont levé le lièvre, à toutes sortes de conjectures, mais il va falloir certainement attendre le procès pour démêler l’écheveau. L’intéressé, qui est actuellement grabataire dans un hôpital en Caroline du nord suite à de graves brûlures, s’est dit serein et dément catégoriquement l’information selon laquelle il serait aux arrêts. Il est serein peut-être, parce qu’il dit avoir confiance en la justice américaine, mais il ne se fait certainement pas d’illusions sur les ravages que ce fait divers va faire sur sa respectabilité (si tant est qu’il s’en soucie vraiment) et sur celle de tous les Africains. A vrai dire, l’Afrique dont l’image est déjà suffisamment écornée par des scandales économiques réels ou supposés de ses dirigeants, n’avait pas besoin de cette pantalonnade de Sékouba Konaté, surtout que ce dernier figurait, en dépit de ses goûts prononcés pour les mondanités, sur la short-list des leaders qui sont cités comme exemples pour la jeunesse du continent.

En agissant comme un vulgaire trafiquant dans un pays où ce genre de pratiques est sévèrement puni, l’ancien président guinéen a brisé le rêve, pour ne pas dire le destin qui aurait pu le ramener encore sous les feux des projecteurs dans son propre pays où ailleurs en Afrique, surtout que le continent regorge d’une floraison d’institutions prestigieuses prêtes à « recycler » les anciens chefs d’Etat, pour peu qu’ils aient eu la sagesse et la lucidité de « quitter les affaires avant que les affaires ne les quittent ». Malheureusement, pour le général Konaté, il ne trouvera aucun Africain pour le sortir du collimateur, parce que non seulement les Etats-Unis sont d’ordinaire inflexibles et insensibles à ce genre de manœuvres de sauvetage, mais aussi et surtout parce que les faits qui lui sont reprochés sont déshonorants pour un homme de sa trempe. Espérons pour lui que le juge américain n’aura pas la main lourde, et qu’il pourra reprendre ses fonctions à Addis-Abeba, en tirant leçon de cette incroyable déconvenue.

Hamadou GADIAGA, dans Le Pays

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. Suis en partie d’accord avec vous là où je ne suis pas d’accord c’est quand vous dites que c’est ce ivrogne et tigre en papier qui a permis à la Guinee de renouer avec la démocratie , au contraire ka situation chaotique que vie la Guinee aujourd’hui il en est le premier responsable avec Jean marie doré un autre ivrogne ils ont déchiré le tissus sociale et ruiné le pays en 2010 en soutenant Alpha Conde un autre ivrogne et aventurier comme eux et en volant tout l’argent du pays que jamais au paravent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info