Accueil » Société » Pourquoi Alpha Condé n’a pas gracié Fatou Badiar Diallo ?

Pourquoi Alpha Condé n’a pas gracié Fatou Badiar Diallo ?

Mme Fatou Badiar

Mme Fatou Badiar

Le président Alpha Condé a accordé la semaine dernière une grâce à 171 détenus parmi lesquels figurent des condamnés dans l’affaire du 19 juillet dont Bah Oury, Thierno Sadou Diallo, Baba Aliou Barry et le capitaine Adama Mara.

Bon nombre d’observateurs se demandent pourquoi une grâce n’a pas été accordée à dame Fatou Badiar Diallo, unique femme condamnée dans le dossier de l’attentat contre le domicile du président Alpha Condé.

Au siège du Rpg Arc-en-ciel, Mohamed Lamine Kaba, conseiller du ministre de la Justice et garde des sceaux a apporté quelques précisions. Selon lui, ‘’le président de la République a voulu tout d’abord gracier ceux qui sont condamnés pour les crimes, atteinte à la sureté de l’Etat, qu’on qualifie de condamnés ou prisonniers politiques’’.

Mais, précise-t-il, ‘’le ministre de la Justice et garde des sceaux, Me Cheik Sacko a proposé qu’on élargisse un peu à d’autre détenus du ressort de la Cour d’appel de Kankan’’. Sur les critères qui ont été retenus, explique-t-il, il faut que le détenu soit condamné et que sa condamnation soit définitive. Aussi, note M. Kaba, il faut qu’encore que le détenu ait purgé la moitié de sa peine et que sa condamnation ne soit pas une condamnation criminelle.

‘’C’est pourquoi je tiens à préciser que Madame Fatou Badiar est condamnée à 15 ans de réclusion criminelle donc, ça ne rentrait pas dans les critères. Tous ceux qui ont été graciés à l’exception de celui-là (Bah Oury) qui a vu sa peine communier à la réclusion criminelle à perpétuité, étaient condamnés à cinq ans de prison et vous verrez dans le décret que les 90 pour cent des condamnés devraient sortir en 2016’’, argumente le conseiller du ministre de la Justice.

La grâce accordée à ces détenus est un ‘’bon geste’’ de la part du président, indique Mohamed Lamine Kamara, qui précise qu’il y a ‘’beaucoup de détenus qui ont fait trois, quatre et cinq ans sans être pour l’instant jugés’’. Il rassure que ces cas seront abordés très prochainement, avant d’annoncer qu’une commission sera mise en place par le ministre de la Justice pour se prononcer sur les détentions préventives excessives.

Aissatou Diallo, pour VisionGuinee.Info

00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info