Accueil » Politique » Pétition pour la destitution d’Alpha Condé : “C’est une manière de faire du buzz”

Pétition pour la destitution d’Alpha Condé : “C’est une manière de faire du buzz”

Mohamed Camara Interrogé jeudi matin par une station de radio locale, le juriste Mohamed Camara s’est prononcé sur la pétition qu’envisage de lancer le député Jean Marc Telliano pour demander la destitution du président de la République.

L’ancien ministre de l’Agriculture a annoncé le lancement d’une pétition pour la destitution du chef de l’Etat après son discours controversé au siège du RPG Arc-en-ciel.

“Cette idée de pétition, il est vrai que constitutionnellement cela est prévu dans l’article 10 de la constitution. Mais la pétition, c’est un droit pour les citoyens et son aboutissement dépend de la personne à qui elle est adressée”, a enseigné l’analyste politique Mohamed Camara.

Cependant, a-t-il précisé, “il n’est pas dit en Guinée qu’une fois que vous avez reçu tel nombre de signatures que ça doit déboucher immédiatement sur ce que vous êtes en train de rechercher”.

Il estime que les initiateurs de la pétition devraient avoir une démarche plus sérieuse. “Je pense que la démarche devrait être beaucoup plus sérieuse. C’est une manière de faire du buzz. Dire pétition par-ci par-là, c’est du buzz”, a-t-il souligné, avant de rappeler que pour mettre en accusation le président de la République, il faut que la requête soit formulée par un dixième des députés. Cette mise en accusation ne peut intervenir que par un vote de l’Assemblée nationale au scrutin secret à la majorité des trois cinquièmes des membres du Parlement, soit 68 députés.

Poursuivant, le juriste s’est exprimé au sujet de la lettre ouverte adressée au président Alpha Condé par trois députés de la mouvance, originaires du manding. Mohamed  Camara de se demander où étaient ces derniers lorsque le président Alpha Condé a promis de nommer un ressortissant de la Basse Guinée à la tête de la Primature et un cadre de la Guinée Forestière à la présidence de l’Assemblée nationale.

“Ceux qui ont adressé une lettre au président n’avait rien fait à l’époque. Ces gens-là n’avaient fait ni lettre ouverte, ni fermée. Comme pour dire qu’on ne peut se rendre compte de l’impact négatif de la violation des droits que lorsque c’est votre droit”, a-t-il évoqué.

Aissatou Diallo, pour VisionGuinee.Info

00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

4 comments

  1. Merci Maitre de rappeler à ces extrémistes que La guinée en profonde mutation.

  2. Nous, jeunes de Guinee devrons lire et comprendre les textes et les lois de notre pays. Ceci est tres important pour nous aujourd’hui et pour notre futur. Avoir une connaissance sur ses textes nous permettra a ne pas etre des suivistes et a ne pas aussi etre des cartouches pour des armes politiques. Merci Mr le juriste, nous apprenons de vous chaque jour, il nous faut des devanciers comme vous pour nous guider sur le bon chemin et non des gens qui profitent de notre naivetés.

  3. La démocratie guinéenne est en marche. A chaque problème de nouvelle expérience. Merci. Soutenir un président de la République ne donne pas le droit de le commander. C’est dangereux

  4. dite a ce président de vite s’excuser avant que cette situation ne se renverse contre lui car la tension monte de jour en jour et la situation s’aggrave (mieux vaut prévenir que guérir )

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info