Accueil » Société » Après une semaine de travail, la délégation guinéenne boucle sa mission à Tunis

Après une semaine de travail, la délégation guinéenne boucle sa mission à Tunis

tunis last La délégation guinéenne, en séjour de travail au pays de la cité de Carthage depuis le 17 juillet dernier, a bouclé sa mission ce vendredi 22 juillet à Tunis. Une rencontre avec la Ministre des Affaires de la femme et de la famille, Dr Samira Merai Friaa et une cérémonie organisée par l’Office national de la planification familiale (ONPF) ont marqué le clou final de mission.

Avec la ministre Friaa, l’entretien a été essentiellement axé sur les bases du développement de la Tunisie et de la place de la femme au sein de la société.

Selon cette personnalité originaire du sud du pays, la Tunisie est un pays de plus de 3000 siècles d’histoire qui a été marqué par deux périodes majeures. La période de l’indépendance et celle de l’après révolution.

A l’aune de l’indépendance, sous l’impulsion de sa figure emblématique, Habib Bourghiba, il y a eu la promulgation du code de statut personnel en  ‘56’. Cela bien avant l’élaboration de la constitution et la déclaration de la République. Ce fut, explique la ministre, un message fort lancé par le père de l’indépendance qui a voulu par cet acte, marqué de façon indélébile, la volonté politique de l’Etat. Cette volonté politique a été traduite par les faits à travers l’abolition de la polygamie et l’instauration du mariage civil.

Dr Samira Merai Friaa indiquera à ses invités que le port du voilé n’a jamais existé dans la culture tunisienne, encore moins d’excision. ‘’Ma mère qui a aujourd’hui 86 ans ne porte pas le voile », révèle-t-elle,  avant de préciser, « alors qu’elle est très pieuse’’, souligne-t-elle, précisant que le tunisien a été éduqué selon les valeurs islamiques et les principes de l’égalité homme-femme.

Après révolution, ajoute-t-elle, en 2014 la nouvelle constitution a consacré l’égalité entre l’homme et la femme. Pourtant,  rappelle la ministre, il y a eu des situations difficiles, provoquées par la politique. Mais avec le dialogue, les politiciens ont privilégié l’intérêt national pour parvenir à un consensus.

Elle mettra l’occasion à profit pour exhorter la délégation guinéenne à s’inspirer de l’expérience tunisienne pour abréger certains problèmes de société, notamment  le planning familial (PF). Elle fera remarquer à ses invités que si la Tunisie n’avait pas  instauré le planning familial, sa population atteindrait aujourd’hui 32 millions d’habitants.

Après la rencontre avec la ministre des Affaires de la femme, la délégation guinéenne s’est rendue au siège de l’ONFP pour la cérémonie d’au revoir. Présidée par le PDG de l’Office, celle-ci a été mise à profit par tunisiens et guinéens pour se féliciter du travail abattu ayant permis la réussite de cette mission.

Auparavant, il y a eu une séance de travail avec des professionnels de médias et des experts en communication. Rebh Chérif et Mohssen Hassen ont partagé  avec les guinéens, quelques stratégies de communications qui ont permis la réussite du programme tunisien du planning familial et de santé reproductive.

La cérémonie a pris fin par la remise des attestations aux membres de la délégation guinéenne.

Depuis Tunis, Samory KEITA

 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info