Accueil » Annonces » TPI de Mafanco : un homme comparait pour trafic de tortues !

TPI de Mafanco : un homme comparait pour trafic de tortues !

Sans titreLe jeudi 18 août 2016, le Tribunal de première instance(TPI) de Mafanco  a tenu son audience correctionnelle sur le dossier Mohamed Lamine Kaba, poursuivi pour le délit de capture, détention, circulation et commercialisation de 32 tortues d’eau douce, espèces animales intégralement protégées par le code de faune et les conventions internationales.

Devant la présidente audiencière, le prévenu Mohamed Lamine Kaba a nié  tous les chefs d’accusation mis à sa charge tout en accusant un  individu qui serait venu lui lancer la commande des 32 tortues au nom de son patron. Poursuivant sa narration, M. Kaba déclare  ne pas être impliqué dans la capture et l’intention de commercialiser ces espèces. Lors de son audition, il avait pourtant affirmé  que c’est une femme du nom de N’Ga Mah  qui serait son fournisseur du côté de Boffa.

Prenant la parole, le ministère public a balayé d’un revers de main toutes les déclarations du prévenu et a démontré que l’existence de la soit disante G’Ga Mah ne repose que sur les déclarations du prévenu. Selon lui, le prévenu n’a pu apporter la moindre preuve de l’existence de cette femme.

Poursuivant, le procureur rappelle que M. Mohamed Lamine Kaba a été incontestablement arrêté à Entag marché dans la commune de Matoto en possession de 32 tortues camouflées dans un sac d’emballage du riz  dans l’intention de les revendre tel qu’il résulte des procès-verbaux de l’enquête préliminaire. A cet effet, il requiert de retenir M. Kaba dans les liens de culpabilité pour des délits de capture, détention, circulation et tentative de commercialisation de 32 tortues et demande pour la répression une condamnation d’un mois de prison ferme et au paiement d’une amande de 100.000 GNF.

L’avocat de la partie civile (Ministère de l’Environnement) constitué par l’agent judiciaire de l’Etat, a démontré que le prévenu ne possédait aucun acte officiel l’autorisant à détenir, faire circuler ou commercialiser ces espèces intégralement protégées.

Et de rappeler que Mohamed Lamine Kaba était de mauvaise foi dès lors que les tortues étaient camouflées par lui dans un sac d’emballage du riz. Dans son intervention, il a rappelé les dégâts causés à l’Etat guinéen par ces activités illicites notamment la suspension de la Guinée par la Convention de Washington, le dérèglement climatique, la rareté des revenus sur le  plan touristique et autres.  Ainsi, il demande l’application stricte de la loi à l’encontre du prévenu. Pour les dommages et intérêts, il  demande le paiement d’une somme de 100.000.000 GNF à l’Etat guinéen.

Pour la défense, son client ignore la loi faunique en matière de protection de ces espèces animales. Par conséquent, il estime que cette loi doit être vulgarisée sur toute l’étendue du territoire guinéen par l’Etat. Ainsi, il a plaidé la condamnation au temps mis pour son client.

C’est ainsi que le débat a été clos par la présidente et renvoyé au 25 août 2016 pour délibéré.

Il faut rappeler que M. Mohamed Lamine Kaba a été mis aux arrêts le 02 août 2016 à Entag dans la commune de Matoto par l’Interpol en collaboration avec les agents du corps des conservateurs de la nature grâce au soutien de GALF (Guinée Application de la Loi Faunique). Il a été arrêté en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de 32 tortues d’eau douce, toutes des espèces intégralement protégées.

Une semaine plus tard, deux autres trafiquants de tortue de mer avaient été mis aux arrêts à Gbessia dans la commune de Matoto par les agents du corps des conservateurs de la nature grâce au soutien de GALF. Les mis en cause ont finalement été déférés au TPI de Mafanco avant d’être mis sous mandat de dépôt le 17 août 2016.  L’espèce a été immédiatement relâchée  en haute mer aux abords de Kassa, commune de Kaloum.

Il est à signaler que le commerce illégal d’espèces sauvages est un crime organisé transnational. Il occupe le 5ème rang du commerce illicite dans le monde, amassant des bénéfices d’environ 20 milliards de dollars chaque année.

Affaire à suivre……

Fatou Kourouma      

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info