Accueil » Libre opinion » 28 septembre 2009-28 septembre 2016 : amnésie ou démission collective ?

28 septembre 2009-28 septembre 2016 : amnésie ou démission collective ?

DIALLO_Lamarana__Petty_8_01Depuis le  28 septembre 2009, il n’y a que 7ans qui se sont écoulés. Rien  que 7 ans !  Mais  tout se passe comme si de rien n’en était. Comme si nous Guinéens avions oublié que là où le sang a coulé, l’arbre de l’oubli ne saurait y grandir.

"

Cet article que je voudrais une plaidoirie se veut une énième interpellation de notre mémoire collective. Il est un cri de douleur face à l’absence de justice pour les victimes des massacres et des violences du 28 septembre 2009 et dont le sort  assombrit  l’éclat de cet autre 28 septembre de l’an 1958.

Je voudrais tout simplement dire que je ne comprends pas ! Oui, je ne comprends pas mais je refuse de me résigner, de me taire, d’être complice de cette loi du silence qui est tout sauf involontaire ! Je voudrais interpeller pouvoir et opposition guinéenne pour que prenne fin cette  omerta.

En ce lundi 28 septembre 2009 en plein jour, en ce mois Saint, celui du Jeûne ou du ramadan, se produisit l’insondable sur le sol de Guinée. Dans ce lieu hautement symbolique qui fit, jusqu’à ce jour, la fierté de toute une nation, 157 personnes furent massacrées, d’autres brutalisées alors que disparaissaient des centaines d’autres. Plus de 400 femmes furent violées, dit-on.

Oui, dit-on car qui comptait les morts, les blessés, les rescapés ? Qui  a transmis les chiffres aux organisations internationales ? Ce furent les bourreaux et leurs commanditaires. Amnesty international, Human Right Watch et autres ONG sur le terrain n’eurent ni l’appui nécessaire ni les moyens techniques pour faire un inventaire exhaustif. Autant dire que les chiffres ne sont qu’approximatifs. Que jamais, peut-être, jamais au plus grand jamais, on ne saura la véracité des chiffres.

Qu’à cela ne tienne ! Qu’a-t-on fait depuis ? Des auditions. Rien que quelques-unes. Des interpellations ! Encore quelques-unes ! Quelques inculpations ! Encore beaucoup moins nombreuses. Et quelles inculpations ?  A part Moussa Dadis Camara et quelques-uns de ses proches dont la plupart roulent tranquillement dans le beurre, personne d’autre. Entre temps, l’enfant  banni de Koulé moisit à Ouagadougou.

Justement !  Dadis  serait-il le seul responsable  de ce qu’il  s’est passé au motif qu’il était le président et chef de la junte qui prit le pouvoir en décembre 2008 après la disparition du Général Conté ?

Qui oserait disculper Dadis ? Qui oserait tout simplement y penser ? Mais qui peut soutenir qu’il serait le seul responsable du bain de sang du 28 septembre  et des autres crimes ? Serait-il le seul commanditaire et exécutant ?

Dadis innocent ! Qui le dirait ? Mais Dadis seul auteur des massacres ? Soutenir une telle thèse  reviendrait  tout simplement à  vouloir occulter la vérité.

Cette vérité sur les massacres, meurtres, vols et viols personne ne semble plus s’en soucier. Ni responsables politiques tout autant victimes ni pouvoir en place. Episodiquement, à l’approche de la date anniversaire du crime, on nous dit que des témoins ou des victimes ont été retrouvées par-ci par-là comme si on les avait recherchées auparavant. On balance au peuple crédule que bientôt les auditions auront lieu. Qu’il y aura sous peu des jugements. Qu’il y a des gens qui n’aimeraient pas que  les choses aboutissent. Ces personnes seraient-elles dans les arènes du pouvoir ? Cela, on ne le dit point !

On nous dit également que si la Guinée ne prenait pas à bras le corps les évènements du 28 septembre, c’est la Cour Internationale de Justice (CPI) qui le ferait. Mais cette cour ne fuit-elle pas la Guinée ? J’ai l’impression que depuis 2009, la Cour Internationale de Justice court effectivement. Qu’elle a même entraîné dans sa course le Tribunal Pénal International. Trêve de parabole !

Guinéennes, Guinéens, qu’avons-nous faits de nos martyrs ? Tous nos martyrs ! Ceux du 28 septembre et ceux d’avant ?

Guinéens et Guinéens, osons-nous nous regarder en face ? Individuellement ? Collectivement ? Je dis, nous devrions y réfléchir !

Hommes politiques Guinéens, femmes politiques guinéennes, vrais et faux défenseurs des droits de l’homme, associations de ceci et de cela, Séré (sorte de corporation) des villes ou des campagnes, coordinations régionales de la Basse, Moyenne, Haute Guinée et de la Guinée-Forestière, qu’avez-vous fait pour que justice soit faite ? Organisations syndicales, de la société civile, association des femmes et jeunes filles de Guinée, corporations de jeunes et tout ce qui s’en suit, faites le bilan de vos investigations, de votre implication pour que les coupables du 28 septembre soient identifiés, arrêtés et jugés !

Cadres et élites politiques, civiles et militaires de mon pays, quelle action avez-vous engagée pour que justice soit faite ?

Guinéennes et Guinéens, qu’avons-nous faits de la mémoire  de nos enfants, frères, sœurs, mères, tout simplement compatriotes maltraités et assassinés au nom de la liberté en ce jour du 28 septembre où, justement, la Guinée  obtenait la liberté à la face du monde ?

J’en appelle à la justice comme droit mais aussi comme institution ! J’en appelle au pouvoir et à l’opposition ! Je lance un cri de cœur, un cri de douleur, un appel fraternel pour que nous mettions en œuvre ce qu’il y a de plus humain en nous pour que le droit soit dit. Pour que justice se fasse et pour les victimes et pour Dadis et compagnie afin que nous sachions qui a fait quoi.  Pour que nous agissions afin que les présumés coupables tapis dans l’ombre soient déterrés pour qu’ils témoignent.

Aux hommes politiques, à quoi faire des tête-à-tête, des conciliabules, des poignées de mains si vous ne montrez pas que celles et ceux qui ont été tués pour que vous soyez ce que vous êtes aujourd’hui méritent votre reconnaissance ? Que leur sacrifice n’est pas vain !

 A quoi bon de parler d’élections, de retrouvailles, de réconciliation quand les familles éplorées et les survivants continuent de verser leurs larmes en vous voyant à la télévision ou en entendant vos sirènes. Qui disait que le pouvoir grise ? Pire,  déshumanise ? Mais sachez qu’« un homme qui pleure n’est pas un lion qui rugit » dixit Aimé Césaire ! Sachez aussi que  vous devez  la justice aux victimes et la vérité à la nation !

A quoi bon ériger des ministères des droits de l’homme, monter des commissions dites de réconciliation si vous continuez à ignorer les victimes de septembre et celles d’avant ?

Je dis, les maux se sont accumulé, trop acculés ! Les frustrations aussi ! Mais rien n’est encore trop tard même s’il y a eu beaucoup de temps perdu ! Nous devons accepter qu’il y a une sorte de déni de justice et que dans les évènements de septembre 2009 chacun a un devoir à assumer : celui de ne pas oublier. Mais aussi celui de faire en sorte que le pardon l’emporte.

Je dis, il est opportun que dans les sables mouvants des rencontres actuelles entre opposition et pouvoir que soient inscrites en lettres capitales la justice pour les victimes du 28 septembre 2009 !

Il est temps qu’il y ait un monument de toutes les victimes de toute la nation !

Je dis : «  Je ne comprends pas cette omerta collective sur les massacres et autres crimes du 28 septembre 2009 ! Je ne comprends pas cette sorte de démission collective qui se cache derrière une amnésie volontaire » !

Une fois de plus, j’en appelle à notre prise de conscience ! Malheureusement notre mémoire semble s’effacer d’année en année.

Ouvrez les sites internet à la veille de ce triste anniversaire, voyez la part qu’occupent les massacres du 28 septembre 2009. Vous vous rendrez compte que dire qu’il y une démission collective n’est pas une accusation mais bien une réalité. N’est-ce pas que les médias peuvent ressusciter les morts et tuer les vivants ? Symboliquement je veux dire !

 Aux médias guinéens d’assumer leur part de responsabilité en ramenant le 28 septembre 2009 dans l’actualité ! En jouant au gardien de la mémoire collective. En tout cas en assumant le rôle d’alerteur public au lieu de s’ériger en antichambre du système.

Quant à moi, je fais mienne cette citation d’Aimé Césaire : « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche. Ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir ».

Je me fais donc la bouche et la voix des victimes du 28 septembre 2009 à travers cette interpellation et plaidoirie patriotique !

Je dis, courage aux survivants de septembre 2009 ! Paix et Miséricorde aux victimes des massacres ! Hommage à tous !

Pardon et Clémence pour nous autres qui n’avons pas encore pleinement rempli notre devoir de justice ! Qui, jusqu’à présent, n’avons pas suffisamment fait preuve d’humanité ! Que justice soit faite par la Grâce du Tout Puissant en nous éloignant de tout esprit de vengeance  et du courroux des innocentes victimes !

Que la Guinée, notre pays retrouve la vraie voix de la réconciliation dans la dignité et l’honneur reconnues de toutes ses filles et de tous ses fils ! Amen !

Lamarana-Petty DIALLO

Courriel : lamaranapetty@yahoo.fr

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

One comment

  1. Vous êtes des rigolos,cher Mr Diallo!
    Où était votre conscience collective quand vous avez opportunément et cyniquement encouragé cellou dalein pour aller sceller une alliance électorale au vu et au su de tous avec le principal commanditaire de ce massacre?
    Vous avez une drôle de conscience qui vous joue souvent de la géométrie variable!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info