Accueil » Société » L’immigration clandestine au cœur d’une rencontre de caricaturistes à Conakry

L’immigration clandestine au cœur d’une rencontre de caricaturistes à Conakry

Oscar, image d'archive

                        Oscar, image d’archive

En préludé à la 5e édition du Festival de la caricature et de la bande dessinée, un atelier sur la conception de la bande dessinée a été ouvert lundi au Jardin 2 octobre de Conakry. Les organisateurs de ladite rencontre comptent sensibiliser le public à travers le dessin de presse, l’humour et la bande dessinée sur les dangers de l’immigration clandestine.

A l’ouverture de l’atelier, Ben Youssou Barry, président de l’association Bulle d’encre, a noté que malgré les risques que comporte l’immigration clandestine, des jeunes empruntent de plus en plus ce chemin pour se rendre à Europe qu’ils considèrent comme un eldorado.

‘’Il faut aller dans le sens de la sensibilisation. Aujourd’hui, nous voyons que malgré tout, les jeunes ont la volonté de se lancer dans l’aventure au risque de leurs vies. Si on ne se lève pas pour en parler, pour avertir les jeunes sur le danger de ce fléau, nous risquons de perdre nos ressources humaines de demain’’, a prévenu le célèbre caricaturiste, plus connu sous le nom Oscar.

Aujourd’hui, estime-t-il, ‘’90% de nos jeunes ont l’esprit de l’aventure’’, avant d’indiquer que le dessin est la meilleure façon de faire comprendre aux jeunes les dangers de l’immigration clandestine. ‘’Si ceci est accompagné par des réalités, les jeunes comprendront. Car, il faut créer les conditions pour que les jeunes évitent de tenter l’aventure’’, souligne l’initiateur du Festival national de caricature et de bande dessinée.

bulle-dencreLa bande dessinée constitue une meilleure façon de communiquer, dit-il, assurant les guinéens adorent les dessins. ‘’En plus de la conception du support de la bande dessinée, nous voulons informer nos autorités que nous avons l’intention  de migrer de la bande dessinée au dessin animé’’, dévoile Oscar devant une foule d’admirateurs.

‘’Nous avons la capacité de le faire, mais on n’a pas les moyens et le soutien nécessaires. Des jeunes [dessinateurs] sont capables de réaliser des choses merveilleuses, mais il faut les accompagner. Il faut que les autorités nous accompagnent pour l’avenir de ce pays’’, plaide-t-il.

Présente à la rencontre, Teta Moehs, la conseillère culturelle de l’ambassade des Etats-Unis s’est réjouie de l’opportunité d’une telle formation, dont le contenu permettra sans doute de renforcer les capacités de participants qui plancheront pendant une semaine sur la question de l’immigration clandestine.

Pour sa part, la présidente de la Haute autorité de communication (HAC) a déclaré que la caricature permettra à chacun d’avoir sa propre lecture.

‘’Quand tu regardes un dessin, la manière dont tu le perçois, quelqu’un d’autre peut ne pas le percevoir de la même manière. Donc chacun y prend son compte. Si les dessins sont à la portée de tous, ça permet de sensibiliser les jeunes qui veulent quitter le pays’’, a reconnu Martine Condé.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 905 416/boussouriou.bah@visionguinee.info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info