Accueil » Société » Dubreka : elle meurt après une dispute avec son mari

Dubreka : elle meurt après une dispute avec son mari

Image d'illustration

Image d’illustration

"

Mariama Camara, âgée de 35 ans, mère de 05 enfants a trouvé la mort, jeudi, 10 novembre 2016, aux environs de 12 heures TU, à Lory, dans la Commune Rurale (CR) de Tanènè-Bouramaya, préfecture de Dubréka, suite à une altercation entre elle et son mari, Aboubacar Finando, rapporte le correspondant préfectoral de l’AGP.

Selon la déclaration du médecin légiste venu en compagnie des autorités préfectorales et des services de sécurité de Tanènè-Bouramaya, «c’est un arrêt cardiaque qui est à l’origine de cette mort.

A noter, que l’altercation entre les deux conjoints est partie d’une chaude discussion survenue entre la marâtre du mari et l’épouse Finando, qui a été difficilement calmée, dit-on.

Quelques instants après, Aboubacar Finando, l’époux, a ordonné à son épouse de donner les médicaments à leur bébé soufrant. Madame n’ayant pas encore fini de digérer sa colère, n’a pas obtempéré. Le mari lui-même s’est chargé de donner les médicaments au bébé.

Ayant constaté la présence de la saleté sur l’emballage du médicament, l’époux a fait des reproches à madame, qui s’est aussitôt levée, gourdin en main, pour se jeter sur son mari, qu’elle envoya au sol avant de s’attaquer à la partie sensible de celui-ci. C’est sous les cris et l’intervention du voisinage, que Mariama Camara a lâché son mari pour aller s’asseoir sous une hutte de repos, où elle a piqué une crise cardiaque.

Pour les personnes lointaines, elle est morte parce qu’elle a été sévèrement battue par son mari Abdoulaye Finando, mais ce dernier et quelques témoins disent que la femme n’a reçu aucun coup de son mari.

Selon l’agent de santé venu pour la circonstance, la femme est décédée suite à un arrêt cardiaque.

Par AGP

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. L’article de l’AGP n’est pas objectif : uniquement des témoignages détaillés défavorables à la victime. Ou sont les autres témoignages en détail, en sa faveur? On écoute une partie, et puis… l’article. Ce n’est pas effectif. Il faut rédiger l’article quand tous les éléments sont présents. Pas une seule partie. Si tous les éléments ne sont pas là, dans ce cas, on se limite à donner l’information de la mort d’une femme dans telle ou telle localité. Ne donnons pas l’impression de juger. Par ailleurs, le travail du médecin légiste est-il complet? De la même manière je constante la partialité comment cet article de l’AGP couvre l’incident, en se laissant influencer par des témoignages défavorisant la victime, je ne pourrai être surpris que le médecin tombe dans le même piège. La conclusion : <>, pourrait être juste. Mais il pourrait bien avoir quelque chose derrière cet arrêt cardiaque. Que le médecin légiste fasse son travail. De manière exhaustive. Lui seul pourra déterminer la véritable cause de la mort de la femme. Un arrêt cardiaque ne vient pas seul. Ses causes sont nombreuses et variées. Il pourrait être provoqué. Un bon travail du médecin légiste peut démontrer, avec assurance, la ou les causes d’un arrêt cardiaque.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info