Accueil » Annonces » L’évolution de l’instruction d’un dossier contre un haut gradé de l’armée inquiète les défenseurs de l’environnement

L’évolution de l’instruction d’un dossier contre un haut gradé de l’armée inquiète les défenseurs de l’environnement

Le 12 avril 2017, Ibrahima Bangoura, haut officier de l’armée guinéenne et 3 de ses employés ont été arrêtés et entendus dans les locaux du BCN d’INTERPOL à Kaloum, centre d’affaires et administratif de Conakry. Les mis en cause  étaient poursuivis pour détention illégale d’espèces animales intégralement protégées dans deux endroits différents.

Après leur audition, deux de ses employés ont été libérés.  Quant au colonel Ibrahima Bangoura, propriétaire du zoo situé dans le village de Tabouna et son principal complice Mamady Koulibali, ils ont été déférés devant le tribunal de première instance(TPI) de Kindia.

L’affaire sera par la suite orientée en instruction par Madame la procureure de la République par intérim près le tribunal de première instance de Kindia, histoire de mieux approfondir des investigations et de situer leurs responsabilités.

Pour rappel,  il est reproché au colonel Ibrahima Bangoura d’avoir institué illégalement un zoo à Kindia et un espace à son domicile privé à Coyah, réservés pour une détention d’espèces animales à  des fins inavouées. Il se trouve que certains de ces espèces animales sont intégralement protégées par le code de faune et règlementation de la chasse mais aussi par la Convention de Washington.

De nos jours,  l’évolution du dossier inquiète les défenseurs de l’environnement, surtout qu’il semblerait que l’instruction n’a pas pris fin jusqu’à présent, à plus forte raison espérer la tenue d’un procès dans un délai raisonnable.

Le tribunal de première instance de Kindia devrait diligenter l’instruction sur cette affaire sensible et suivie par la communauté internationale. Car, cette opération a été couverte par la presse nationale et les grands médias internationaux afin de mieux rendre visible les efforts du gouvernement guinéen en matière de la lutte contre la criminalité faunique.

Pour mémoire, la Guinée a été sanctionnée et suspendue de la CITES en mars 2013 et présentée comme la plaque tournante de la criminalité faunique en Afrique de l’Ouest. Cette situation honteuse continue de nos jours à altérer l’image du pays au niveau international.

Selon nos sources, cette suspension de la Guinée est intervenue à cause du trafic intensif des chimpanzés et que le colonel Bangoura en détenait 4 vivants dans son zoo.

Aujourd’hui, tous les yeux restent tournés vers le TPI de Kindia pour diligenter l’instruction et ouvrir publiquement les jours prochains, le procès tant attendu par les défenseurs de l’environnement d’une part et de l’autre les partenaires et ONG internationales œuvrant dans ce sens.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

Affaire à suivre…

Par Fatou KOUROUMA de GALF

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info