Accueil » Politique » Tibou Kamara, l’insubmersible

Tibou Kamara, l’insubmersible

Sous quatre présidents successifs, le désormais conseiller spécial d’Alpha Condé a su se maintenir dans les sphères du pouvoir. « Et je n’ai pas fini de surprendre », confie-t‑il.

Ce mardi 2 août, plusieurs milliers de manifestants déferlent à Conakry. Après avoir tenu quatre meetings en quelques jours, Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a lancé ses sympathisants dans les rues de la capitale guinéenne pour réclamer la tenue des élections communales, inlassablement reportées.

Depuis un an, pourtant, le pays n’avait pas connu de manifestation. Un répit quasi miraculeux que beaucoup attribuent à Tibou Kamara, nommé conseiller personnel (avec rang de ministre d’État) du président Alpha Condé le 25 janvier. Cette nomination a marqué le énième retour en grâce de « Tibou », parvenu une nouvelle fois à s’immiscer dans les coulisses du pouvoir.

Tibou Kamara-Alpha Condé : si proches

Ancien journaliste, Tibou Kamara, 43 ans, connaît bien le bruyant adversaire d’Alpha Condé. Après la réélection de ce dernier – contestée par Cellou Dalein Diallo – en 2015, il avait tenté un rapprochement entre les deux hommes.

« Cela a permis une véritable accalmie politique », indique un proche de l’opposant. C’est dans ce contexte que le président s’est rendu au domicile de son principal détracteur, en septembre 2016, pour lui présenter ses condoléances lors de la mort de son frère.

« Jusque-là, il n’y avait aucun dialogue entre eux. Malgré la manifestation de début août, je pense que le pire est derrière nous », se félicite Kamara, qui se présente comme l’artisan de cet apaisement improbable. Un rôle toutefois minimisé par plusieurs cadres de l’UFDG.

« Toutes les décisions sont prises en concertation avec notre conseil politique, précise l’un des vice-présidents du parti, Fodé Oussou Fofana. Et à supposer que Tibou ait l’oreille de notre chef, je peux vous assurer qu’il n’exerce aucune influence sur le reste du conseil. »

Adepte d’une diplomatie officieuse, Tibou Kamara a su se rendre indispensable auprès du président guinéen. Ainsi, en décembre 2016, quand, après avoir d’abord reconnu sa défaite dans les urnes, le Gambien Yahya Jammeh décide de s’accrocher au pouvoir, le Guinéen joue sur sa proximité familiale avec l’autocrate de Banjul : leurs épouses respectives, d’origine marocaine, sont sœurs.

Et c’est, en partie du moins, grâce à son intervention que la mission de la dernière chance menée par Alpha Condé, le 20 janvier, est couronnée de succès, évitant de justesse l’intervention d’une force conjointe de la Cedeao.

Kamara, le négociateur

« Procès de Moscou ». « J’ai trouvé un Yahya Jammeh ferme sur ses positions, qui refusait d’abandonner le pouvoir, relate l’intéressé. Je l’ai convaincu de jeter l’éponge, ce dont j’ai aussitôt informé le président Alpha Condé en lui suggérant de rejoindre Banjul afin d’accompagner son départ. » À cette date, même s’il a ses entrées à la présidence guinéenne, le négociateur n’y a aucune fonction officielle.

Et le rôle qu’il se prête dans le désamorçage de la crise est relativisé, notamment par un diplomate africain qui a suivi de près les ultimes négociations ayant conduit Jammeh, le 21 janvier, à tirer les conséquences de sa défaite : « La fibre familiale a pu aider, mais n’oublions pas les pressions exercées par les plus importants dirigeants de la région et par les troupes de la Cedeao… » Serait-ce là le secret de Tibou, se faire passer pour plus influent qu’il ne l’est vraiment ?

Au cours de la dernière décennie, celui que dans les cercles du pouvoir on surnomme le vice-président aura su, tel un Culbuto, revenir à l’équilibre à chaque transition politique. Rien ne le prédestinait pourtant à cette ascension jusqu’à l’antichambre de la présidence.

Natif de Dinguiraye (Centre), ce fils d’un commerçant djalonké suivra l’une de ses aînées à Abidjan, à l’âge de 9 ans, et poursuivra sa scolarité au lycée pour garçons de Bingerville. Au début des années 1990, il rentre au pays, baccalauréat en poche.

De Conté à Condé, il reste l’homme incontournable des politiques guinéens

Il entame une carrière de journaliste à L’Indépendant avant de fonder en 2000 l’hebdomadaire L’Observateur, où il enchaîne les éditoriaux sans concession tout en se rapprochant de la classe politique. C’est dans ce contexte qu’il rencontre Alpha Condé, alors figure emblématique de l’opposition, exilé en France, et son rival Cellou Dalein Diallo, au CV ministériel bien garni.

Nommé Premier ministre en 2004 par le président Lansana Conté, ce dernier offrira à son protégé, deux ans plus tard, son premier portefeuille : ministre de la Communication.

Une promotion que Tibou savourera à peine vingt-quatre heures, car des luttes internes poussent le chef de l’État à récuser immédiatement ce gouvernement mort-né.

Cette mésaventure n’empêche pas l’intéressé de surfer sur la vague et de se rapprocher de Lansana Conté, affaibli par la maladie, qui le propulsera en mars 2008 à la présidence du Conseil national de la communication.

À la mort de Conté, en décembre 2008, le capitaine Moussa Dadis Camara s’empare du pouvoir et demande aussitôt des comptes aux anciens responsables politiques.

L’année suivante, Tibou Kamara siège, parmi d’autres, sur le banc des accusés lors d’un « procès de Moscou » qui sera retransmis par la chaîne nationale. « Entourés par des militaires en armes, tous les accusés tremblaient de peur…L’intégralité de l’article à lire sur Jeuneafrique.com en cliquant ici.

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info