Accueil » Politique » Aboubacar Sylla dévoile un piège dans lequel risque de tomber l’opposition

Aboubacar Sylla dévoile un piège dans lequel risque de tomber l’opposition

Selon le porte-parole de l’opposition, dans l’accord du 12 octobre 2016, il était prévu d’organiser les élections locales en février 2017. Pour ne pas que ces élections retardent, selon Aboubacar Sylla, les adversaires politiques d’Alpha Condé, en accord avec la mouvance présidentielle, ont accepté le maintien de la CENI actuelle.

Près d’une année après la signature de cet accord, les communales peinent toujours à être organisées. Une situation qui révolte l’ancien ministre de la communication, qui a fait part sa colère à ses militants réunis au siège de l’Union des forces du changement (UFC).

En avril 2017, explique-t-il, ‘’on devait reformer la CENI à l’occasion de la session des lois à l’assemblée nationale pour que la nouvelle institution électorale prenne le relai après l’organisation des locales. Mais il se trouve que les élections locales n’ont pas été organisées en février. Elles auront probablement lieu dans le meilleur des cas à la fin de l’année’’.

‘’Est-ce qu’il faut maintenir encore cette CENI jusqu’à la tenue des locales ? Si cela est fait, elle va rester en place jusqu’au mois de janvier ou février 2018. Faut-il envisager de la changer lors de la session des lois au mois d’avril 2018 alors que les législatives doivent être organisées en septembre de l’année prochaine ?’’, se demande le porte-parole de l’opposition.

Pour lui, si l’actuelle CENI organise les locales, c’est encore elle qui va organiser les législatives. Et il souhaite que ce scénario soit évité à tout prix. ‘’Parce qu’on n’aurait plus de temps de la réformer pour mettre en place une nouvelle CENI. C’est un piège dangereux dans lequel l’opposition risque de tomber si elle ne prend pas ses responsabilités’’, prévient-il.

Il demande à ses pairs de l’opposition d’exiger que soit réforme la CENI au cours de la prochaine session budgétaire. ‘’C’est possible. Mais si on laisse cette CENI organiser les locales, on ne pourra plus la réformer parce que la mouvance présidentielle nous dira que ça pourra mettre en péril la tenue des législatives dans les délais constitutionnels’’, craint Aboubacar Sylla.

Ciré BALDE, pour VisionGuinee.Info

00224 664 93 14 04/cire.balde@visionguinee.info

 

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

6 comments

  1. @Mr Sylla:Un opposant ne doit pas décrire une situation politique comme un journaliste.Mais,plutôt,trouver une solution ou stratégie gagnante afin,de contourner les obstacles en cours…

    • DD Kaou, un bon opposant, c’est celui qui sait analyser les situations en vue de trouver après une bonne stratégie. Le bon leader est celui qui est capable de sensibiliser les masses sur les réalités socio-politiques du pays et de les amener à prendre conscience pour éventuellement une action à mener. Toi tu preferes être un mouton de Panurge, d’accord mais nous on veut savoir d’abord ce qui se prépare avant d’envisager quoi que ce soit.

  2. Ces troubadour n’ont autres chanson dans leur gueules que les élections mais jamais parler de développement

    • Mais qu’est que tu vé qu’ils parler alors qu’ils son opposants ??

    • Mais dis-donc d’où viens-tu ? Le développement est multidimensionnelle et intègre des aspects politique, social, économique, culturel… L’état politique conditionne les autres, il faut que ces problèmes soient résolus pour que cela ait un impact sur les autres secteurs. Mais tu es nul pour le savoir et ton insolence expose bien ta petite personne.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info