Accueil » Politique » La CENI innove…

La CENI innove…

Les élections locales arrivent à grand pas. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rencontré mardi des acteurs du processus électoral. Objectif : présenter un logiciel de gestion électronique des candidatures.

A l’ouverture des travaux dans un réceptif hôtelier de la place, le président de la CENI, Maitre Salif Kébé a rappelé que les élections locales sont des consultations de proximité dont résulteront les gouvernances locales.

‘’C’est là que l’on pose la pierre angulaire de la démocratie dans un pays. Pour ce faire, un grand nombre d’opérations seront mises en œuvre par les démembrements de la CENI. Ce qui requiert un programme conséquent de renforcement des capacités institutionnelles’’, a-t-il déclaré en substance.

Il rappelle que son institution s’inscrit dans une nouvelle dynamique de travail. ‘’A la faveur des différents échanges que nous avons eus avec la plupart des acteurs du processus électoral, nous n’avons cessé de réitérer la nouvelle vision de la CENI qui consiste à aller ensemble dans la même direction’’, a-t-il précisé.

Pour lui, cette vision est la seule qui vaille parce qu’elle permet l’organisation d’élections libres et transparentes dans un climat apaisé. Le numéro un de la CENI d’ajouter que la gestion des candidatures est une étape très sensible.

C’est pourquoi, son institution a cru devoir mettre au point, avec des ingénieurs guinéens, un logiciel approprié. Ce logiciel baptisé Solgec (Solution de gestion électronique des candidatures) s’inscrit dans le cadre de la modernisation du traitement des données et la gestion des candidatures lors des élections communales.

Il permet de faciliter la gestion des candidatures multiples, le traitement des données des candidats, la numérisation des documents des candidats et la génération des données pour la production des bulletins de votes dans un bref délai. Aux dires de Maitre Kébé, il est important pour les acteurs du processus de comprendre tout le mécanisme de gestion des candidatures afin de prendre toutes les dispositions qui s’imposent.

‘’Quelle que soit la fiabilité de la technologie utilisée dans une élection, si elle n’est pas partagée avec les parties prenantes, la mise en œuvre de manière concertée et consensuelle crée l’effet contraire des objectifs visés, favorisant ainsi la suspicion, la méfiance, les rumeurs qui compromet dangereusement la crédibilité et la transparence du processus électoral’’, a-t-il dit pour justifier la conception de la Solgec.

Salématou BALDE, pour VisionGuinee.Info

Abonnez-vous à la newsletter de VisionGuinee pour suivre l'actualité sur la politique, société, économie, sport etc. en Guinée

2 comments

  1. Tout a été dit dans le dernier paragraphe (un peu alambiqué certes, que je me suis autorisé à redresser) de cet article : « Quelle que soit la fiabilité de la technologie utilisée dans une élection, si elle n’est pas partagée avec les parties prenantes, et mise en œuvre de manière concertée et consensuelle ; elle créera l’effet contraire des objectifs visés, favorisant ainsi la suspicion, la méfiance, les rumeurs qui compromettront dangereusement la crédibilité et la transparence du processus électoral ».
    Ce n’est pas du tout aisé d’organiser des élections transparentes, libres et démocratiques en Afrique (le Kenya vient malheureusement de nous en apporter la preuve) ; mais, nous souhaitons beaucoup de courage à la CENI dans cette noble mission !!

  2. Humm l’histoire vous jugera

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de VisionGuinee.info